Vous connaissez certainement la cage de chasteté masculine, cet accessoire qui permet de verrouiller le pénis d’un homme et l’empêcher de bander à sa guise ou de se tripoter salement sans votre autorisation.

Mon soumis ces derniers temps s’est mis à se plaindre de sa cage et n’as pas cessé de m’importuner avec ses problèmes mineurs de « zizi ». Cela m’a fait repenser à une technique que j’avais lue un jour sur un forum et qui permet de rendre impuissant le mâle soumis.

Bite molle,
ou comment le rendre impuissant.

Une bite molle qui a bien du mal à banderIl s’agit de lui ordonner de se « masturber » obligatoirement un certain nombre d’heures par jour et ceci, pendant plusieurs jours de suite. Bien entendu, il ne s’agit pas d’une véritable masturbation, c’est plutôt une stimulation continue et répétée, et ne doit en aucun cas conduire à un orgasme volontaire. Cette technique amène progressivement le soumis à ne plus pouvoir bander, et ce, même s’il se masturbe « normalement ». Il pourra encore éjaculer, mais son sexe restera flasque ou dans un état de semi-érection. Il sera devenu un « bande mou », ceci le frustrera intensément.
Vous pourrez, lorsqu’il se trouve dans cet état, vous masturber devant lui et l’exciter de toutes les manières possibles, il sera incapable d’obtenir une érection correcte. Vous pourrez toujours, si vous en avez l’envie, lui faire produire et donner son sperme. Une situation intéressante pour les femmes qui ne désirent pas être pénétrées par leur homme.

La technique

Comme indiqué dans l’introduction de cet article, il ne s’agit pas d’effectuer des mouvements de va-et-vient à pleine main, dans un but d’atteint un quelconque orgasme. Il s’agit d’une stimulation lente, continue et répétée du gland. Pour cela, les caresses doivent être prodiguées au niveau du gland en le frottant de haut en bas avec un doigt lorsqu’il est enfermé dans une petite culotte par exemple, avec le gland recouvert de son prépuce (quand cela est possible), ou en faisant tourner le pouce sur le gland. Dès que l’excitation devient trop forte et que le sexe commence à durcir, tout contact avec la verge doit être stoppé immédiatement. Une fois que le pénis est revenu à son état le plus calme, il faut reprendre le massage comme précédemment. L’objectif est d’obtenir une excitation continuelle sur la journée qui sera entretenue sur plusieurs semaines.
Pour obtenir des résultats, le soumis doit suivre un entraînement sur la durée. Il devra se « masturber » au moins 4 à 6 heures par jour. Vous devez contrôler le temps qu’il passe et tenir un décompte de ses séances. Le soumis doit planifier ses « masturbations », en accord avec vous. Pour exemple, voici la planification que j’ai retenue pour l’entraînement de Julien : une heure le matin avant le petit-déjeuner, 40 minutes à la pause de midi, 40 minutes en fin d’après-midi et 2 h 30 le soir.

Ces « masturbations » sont une contrainte et non un plaisir et en fonction de l’emploi du temps du soumis il sera peut-être obligé de se lever plus tôt ou dans la nuit pour remplir son objectif d’heures d’entraînement que vous aurez défini.
Évidemment, le soumis proposera à sa Maîtresse le planning des « entraînements » qui pourra ainsi contrôler s’il s’exécute aux heures prévues et aux durées prévues. Naturellement, elle pourra imposer des créneaux horaires, ce qui lui laisse la pleine liberté de choisir des heures inhabituelles ou contraignantes pour le soumis.
Une obligation supplémentaire qui procure un énorme sentiment de domination à la Maîtresse peut encore être ajoutée : l’obligation de sortir son sexe et de se « masturber » sous le regard de sa Maîtresse.
Personnellement, c’est ce que j’ai exigé, sachant que l’exercice pouvait être difficile…
Lorsque j’étais absente du domicile, les séances devaient avoir lieu devant la webcam, ce qui permettait de contrôler soit à distance ou ultérieurement le bon déroulement des séances.

Masturbation petite bite molle

 

Avec l’interdiction d’éjaculer et de bander qui est associée à l’obligation de se « masturber » en permanence, le soumis se retrouve dans un état d’excitation perpétuelle. La pratique se complique après quelques jours, car la tension est tellement importante que le simple fait de se toucher le pénis risque de provoquer l’éjaculation. Il faut alors prendre une pause avant de reprendre l’entraînement.
Évolution de la pratique

  • Premier stade, après quelques jours de pratique
    Le pénis coule quasi continuellement lors des séances, cela n’a rien à voir avec une éjaculation et encore moins un orgasme.
    Le soumis obtient encore des érections
  • Au deuxième stade
    Il va se produire à un moment inattendu, un écoulement spontané avec vidange presque complète du sperme sans jouissance.
    A ce stade, le soumis n’a plus de pleine érections, il « bande mou ».
  • Le troisième stade est atteint au bout de quelques semaines, lorsque le soumis éjacule et que son pénis est resté à l’état flasque.

Expérience personnelle

Afin d’obtenir des résultats satisfaisants, il faut travailler sur la durée cette technique de perpétuelle excitation.

À la fin de la troisième semaine d’entraînements, Julien s’installa en face de moi pour sa séance quotidienne du soir. Il commença à se caresser, son sexe était totalement flasque. Au bout de seulement une trentaine de secondes, le sperme se mit à couler alors que son sexe était toujours aussi mou.
Ce fût une expérience terriblement agréable de le voir se répandre ainsi et une situation diaboliquement troublante et frustrante pour lui.

Après cette expérience encourageante, nous avons continué « l’entraînement ». Au cours de la cinquième semaine, au lieu de suivre son programme, je le fis s’agenouiller devant le canapé et lui ordonnant de mettre les mains sur la tête, puis je me suis masturbé devant ses yeux. Il était bouillonnant, bien que son sexe soit resté à l’état de larve. Rapidement, le sperme se déversa sur le sol en formant une belle flaque.

Après sa vidange, je lui reposai sa cage de chasteté. J’espère qu’il aura bien profité de ces cinq semaines de libertés.

Pour finir une vidéo d’un homme qui éjacule alors qu’il ne bande pas.

2 Commentaires

  1. C’est une superbe idée cette méthode de castration douce pour empêcher son mari de tromper sa femme, mais pour sa femme elle est obligée de prendre un amant a chaque fois qu’elle désir avoir une relation sexuelle et le mari risque d’avoir des soupçons sur sa loyauté envers lui, il va surement penser que sa femme l’a rendu impuissant pour profiter de son incapacité a remplir son devoir conjugal et ainsi pour le faire cocu en toute légalité et le pauvre ne pourra même pas se consoler en se faisant une branlette à cause de sa bite molle qui ne peut plus avoir d’érections

  2. Bonsoir, j’ai déjà essaye cette technique par le passer et sa a donner de bon résultat, j’arrivais a faire couler une petite quantité de sperme juste en massant le gland tout en ayant la bite molle , malheureusement par faute de temps j’ai du arrêter cette technique.
    Aujourd’hui je souhaite la reprendre et je vous tiendrai au courant de mes avancer, je tiens juste a précisé qu’après l’arrêt de cette méthode on reprend notre érection normal après quelque jours de masturbation.