Premiers essais

Trois jours après la réception du colis, mon amie me demande si je l’ai bien réceptionnée. J’ai attendu qu’elle m’en parle, je voulais que cela vienne d’elle.
Je lui dis que je l’avais ouvert pour en vérifier le contenu et que tenir la cage entre mes mains m’avait fait bandé. Ce à quoi elle a répondu en me regardant droit dans les yeux et en empoignant mon « paquet » à travers mon caleçon que ce week-end le petit oiseau en cage.

La semaine se passa sans qu’elle m’en reparle, j’étais un peu déçu. Samedi matin alors que je la câlinais dans notre lit et que petit à petit je finissais par lui masturber le sexe. Elle me dit : lorsque tu auras pris ta douche en fin de matinée, tu mettras ta cage à la salle de bain et quand tu auras fini, tu m’appelleras et je viendrai fermer le cadenas et prendre la clef. Puis, elle me demanda de la masturber plus vivement ce que je m’empressai de faire. Je bandais de plus en plus fort et elle sentait que tout en la caressant je me masturbais aussi. Ses halètements et ses gémissements étaient plus forts, elle était à deux doigts de jouir et moi aussi. C’est à ce moment-là qu’elle prit ma main et la posa sur ses seins en me demandant de les caresser. Elle adore créer chez moi de la frustration sexuelle, elle aime ça et ça me rend dingue. Après son orgasme, elle me dit : allez on se lève, il y a 1000 choses à faire ce matin.

La matinée se passe, nous vaquons à nos occupations. Puis, vient le moment de la douche, après m’être séché je commence à mettre la cage de chasteté. J’enfile une première couille, puis la seconde et enfin ma bite dans l’anneau, jusque là tout va bien. Il ne reste plus qu’à la glisser dans le tube. Là, ça se gâte, je bande tellement qu’il est impossible de la rentrer. Je décide d’attendre qu’elle se calme puis avec du lubrifiant et en forçant un peu tout finit par rentrer.

Une femme heureuse d'ajouter une nouvelle dynamique dans son couple
L’oiseau est en cage et madame se fait un plaisir de garder la clé

J’appelle mon amie qui se fait un plaisir de fermer le cadenas et prend la clé qu’elle met à son collier. Puis, elle tripote un peu, vérifie que tout est en place et que je ne peux pas la retirer. Manifestement satisfaite, elle me dit : « voilà, tu l’as voulu, le petit oiseau est en cage et je n’ai aucune idée du moment où il pourra prendre son envol ».

Je finis de m’habiller, puis je la rejoins à la cuisine pour que l’on prépare ensemble le déjeuner. Elle ne manque pas une occasion de frôler ma cage avec ses fesses, c’est très excitant et le rappel à l’ordre est immédiat. Elle le voit et elle adore. Je sens que progressivement elle prend le contrôle d’une chose très importante pour moi : ma sexualité !

Après le repas, elle m’invite à boire le café dans le salon. Elle porte sa tasse à la bouche et me fait part de la chaleur du liquide. Dans un mouvement lascif et équivoque, elle s’allonge sur le canapé les jambes tournées vers moi. Elle les écarte et pose la main sur son sexe à travers son jean moulant et me dit : là aussi c’est très chaud. Puis elle commence à se caresser à travers le tissu épais.

Résultat, mon sexe tente de grossir et le rappel à la réalité est de nouveau immédiat. Je ne peux rien faire, je ne peux que regarder. Regarde, me dit-elle, tout en retirant son jean et en se masturbant à travers son string. En écartant légèrement son string, elle plonge ses doigts dans son intimité trempée en me disant : « regarde et surtout pense bien à ce que tu aurais envie de me faire… À ce que tu aurais pu me faire… »

Avec la chasteté masculine, la masturbation féminine ne sera plus un tatou

Elle me chauffe et c’est exactement ce qu’elle veut, elle veut que je la supplie de me libérer. Je n’en peux plus et je me surprends à lui demander si je peux lui bouffer la chatte. Et là, j’ai vu l’étincelle dans ses yeux. Cette étincelle qui veut dire : à partir de maintenant c’est de mon plaisir dont on va s’occuper et toi on verra plus tard !

Elle porte à ma bouche ses doigts mouillés, à cet instant, ma cage est sur le point d’éclater. Puis, elle me demande de me foutre à poil ensuite, elle me chevauche en écartant bien les cuises et se met à se masturber en frottant son clitoris contre ma cage. Elle gémit, puis après quelques minutes elle m’allonge avec détermination sur le canapé. Alors, elle vient s’assoir sur mon visage de m’enjoins à la lécher.

Finalement, et après de longues minutes elle jouit, comme elle n’avait pas joui depuis longtemps. Je suis à la fois terriblement excité et frustré. Mais aussi, satisfait de l’avoir fait jouir et heureux qu’elle prenne à cœur son rôle de Keyholder.

Elle me regarda et son sourire en dit long sur ce qu’elle pensait. Elle me dit : « Tu as eu raison de me convaincre d’acheter cette cage de chasteté, elle m’a fait vraiment jouir ». Elle précisa : « Jouir comme jamais », puis ajouta : « J’espère que ta cage te plait, car on va beaucoup jouer avec ».

Elle s’est ensuite assoupie sans se préoccuper de mes envies, mais je n’attendais rien à ce niveau. Je savais qu’au fond d’elle, elle était assez coquine pour me laisser dans cet état et puis finalement, c’est un peu ce que je recherchais, non ?

Plus tard, dans la soirée, alors que nous étions invités chez des amis, elle ne manqua pas une occasion de me chauffer.