Région Parisienne • Elle, 28 ans • Lui, 30 ans
Ils se sont rencontrés il y a 8 ans.

Quelques mois après notre ren­con­tre nous sommes allés voir un spec­ta­cle dans le sul­fureux quarti­er de Pigalle. En sor­tant de la séance, et étant tout les deux d’une humeur coquine, il a eu l’impulsion de m’emmener dans le plus grand « love store » du monde. Cette cav­erne d’Ali Baba du jou­et pour adultes regorge d’accessoires, gad­gets, déguise­ments… en tout genre, allant du clas­sique soft aux pro­duits bien spé­ci­fiques. Et par­mi les har­nais et les menottes en cuir, nous sommes tombés sur de petits acces­soires en plas­tique ou en métal qui nous ont intrigués.

Une vendeuse nous a pro­posé ses con­seils, un peu gênés, mais curieux, nous avons timide­ment accep­té. En grande pro­fes­sion­nelle, elle nous a appris qu’il s’agissait d’un dis­posi­tif pour empris­on­ner le pénis et empêch­er les érec­tions. Elle nous a présen­té les dif­férents mod­èles et la chasteté mas­cu­line comme un jeu éro­tique. Ses expli­ca­tions nous ont beau­coup amusés, mais nous avions trou­vé la chose ridicule.Plus tard, nous en avons redis­cuté à plusieurs repris­es et cher­ché des infor­ma­tions sur inter­net. Il y avait dans la chasteté mas­cu­line un côté cocasse qui sus­citer chez nous un cer­tain intérêt. Finale­ment, trois semaines après notre vis­ite nous retournions au mag­a­sin dans l’intention d’acheter une cage.

Nous étions en train d’examiner les dif­férents mod­èles et avions arrêté notre choix sur la CB-6000 lorsque la vendeuse est venue nous ren­seign­er. Elle nous infor­ma que l’erreur clas­sique était de pren­dre une cage trop grande dans laque­lle une érec­tion pou­vait se dévelop­per et entrain­er un cer­tain incon­fort, c’est pourquoi elle nous recom­man­da le petit mod­èle, sem­blable à notre choix, mais avec un tube près d’un quart plus court.

La chasteté masculine : nos débuts

Au début, ce petit jou­et s’invitait régulière­ment lors de nos prélim­i­naires. Puis nous l’avons délais­sé un moment avant qu’il ne revi­enne plus fréquem­ment dans nos par­ties coquines.

L’introduction de la cage de chasteté dans notre cou­ple s’est faite avec une curiosité mutuelle, puis un désir réciproque. L’utilisation de la cage a apporté un cer­tain piment à notre cou­ple. Nos rap­ports s’étaient améliorés, les prélim­i­naires deve­naient juste fan­tas­tiques, nous étions plus com­plices, plus ouverts sur notre sex­u­al­ité, au lit nous étions comme de jeunes amoureux : emplis de désir l’un pour l’autre avec la volon­té d’explorer et de prof­iter des plaisirs du sexe. Par­al­lèle­ment, la durée du jeu s’est allongée pro­gres­sive­ment jusqu’à porter la cage la journée entière.

Petit à petit, ce petit jeu a pris une place plus impor­tante dans notre cou­ple, même s’il est vrai que nos rap­ports « clas­siques » et ses orgasmes étaient moins fréquents, ils étaient cepen­dant beau­coup plus intens­es et plaisants. Il por­tait la cage plus sou­vent et plus longtemps, jusqu’à une semaine entière.

C’est à par­tir de ce moment que nous avons ren­con­trés cer­tains prob­lèmes. Pour com­mencer les érec­tions involon­taires et spon­tanées qui le (nous) réveil­laient. Ensuite son prépuce qui avait la fâcheuse ten­dance à se coin­cer dans les trous d’aération de la cage et qui provo­quait gêne, douleur et par­fois même blessure. Et la néces­sité de retir­er au moins tous les deux jours la cage pour assur­er une toi­lette par­faite de son pénis.

Du jeu à l’adoption de la chasteté masculine comme style de vie

Il y a qua­tre ans, alors que la cage était dev­enue omniprésente dans notre rela­tion, nous avons décidé qu’il la porterait de façon per­ma­nente. Nous avons acheté une cage en métal sur mesure qui était plus ajustée à la taille de son pénis (48 mm au lieu des 63 mm de la CB-6000s).

Avec cette nou­velle cage qui cor­re­spondait mieux aux dimen­sions de son pénis, ses érec­tions étaient plus effi­cace­ment maitrisées et ses réveils noc­turnes étaient devenus raris­simes. Un autre avan­tage de cette cage ajourée c’est qu’elle per­me­t­tait d’assurer une hygiène con­ven­able sans qu’il soit néces­saire de l’enlever. Cepen­dant, des prob­lèmes avec son prépuce ce pro­dui­saient par­fois, nous con­traig­nant à ôter le dis­posi­tif le temps que tout ren­tre en ordre.

Un piercing génital peut s'avérer être nécessaire pour sécuriser une cage de chasteté
Le pierc­ing Ampal­lang tra­verse ver­ti­cale­ment le gland du pénis et l’urètre.

Ces soucis ont défini­tive­ment dis­parus lorsqu’il s’est fait retiré le prépuce. Il n’étais pas par­ti­c­ulière­ment favor­able à cette solu­tion, mais c’était la seule pos­si­ble. Je suis finale­ment par­v­enue à le con­va­in­cre de se faire pra­ti­quer une cir­con­ci­sion haute et ser­rée. Elle ont l’avantage de bien dégager le sil­lon bal­ano-prépu­cial. J’en suis ravie. J’admets que je préfère son sexe cir­con­cis et j’adore voir et taquin­er son gland nu der­rière les bar­reaux de la cage.

Autre change­ment, il s’est fait percer le gland : un ampal­lang. Ce pierc­ing a été réal­isé pour l’esthétique et pour le plaisir sex­uel. Cer­tains ce font des pierc­ings dans le but de sécuris­er le dis­posi­tif de chasteté. Ce n’était pas notre cas, bien qu’après l’avoir agran­di nous avons rem­placé le bijou par un cade­nas qui passe égale­ment par la cage.

Notre pra­tique de la chasteté mas­cu­line a évolué. Nous l’avons depuis le temps adop­té comme un mode de vie. Les péri­odes d’encagement et de déni d’orgasmes se sont allongées, allant de 6 à 9 semaines env­i­ron. C’est un per­pétuel renou­veau dans notre cou­ple per­me­t­tant de nous amuser encore plus. Nous ne sommes pas prêts à renon­cer aux joies et plaisirs de ce mode de vie.

Cepen­dant, nous faisons une pause. Nous essayons d’avoir un deux­ième enfant. Nous atten­dons avec impa­tience l’annonce de ma grossesse ; d’une part pour une rai­son qui parait évi­dente, d’autre part ten­tée la chasteté sur le long terme en lui offrant un orgasme mémorable…, le dernier avant la nais­sance de notre enfant.

4 Commentaires

  1. C’est telle­ment agréable de voir des femmes déter­minées à domin­er leur mec, surtout des jeunes femmes comme vous.
    Il est regret­table que la chasteté soit si peu pop­u­laire. Rien de tel que d’enfermer la pathé­tique nouille d’un mâle et lui refuser ses orgasmes pour en faire un bon petit soumis dévoué à sat­is­faire les moin­dres besoins du sexe supérieur : les Femmes.
    Dans un monde idéal, la dom­i­na­tion fémi­nine et la chasteté mas­cu­line devaient être enseignées aux filles dès leurs plus jeunes âges. Les mâles, dès la fin de la puberté, devaient être cir­con­cis et porter une cage de chasteté et seuls les mâles Alpha seraient autorisés a pro­créés.

    Vous nous dites que le jour où vous apprenez que vous êtes enceinte vous lui offrirez son dernier orgasme avant la nais­sance de votre enfant. Neuf mois de chasteté, neuf mois de refus d’orgasme. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Pourquoi ne pas lui offrir sim­ple­ment son dernier orgasme, il en sera d’autant plus mémorable ?

  2. Amélie, mer­ci pour votre témoignage qui est très intéres­sant. J’ai appré­cié la descrip­tion de l’évolution de votre pra­tique de la chasteté au sein de votre cou­ple : de la décou­verte à devenir un mode de vie. Main­tenant que vous avez dépassé le stade du sim­ple jeu, j’imagine qu’il doit être dif­fi­cile de renon­cer à ces plaisirs. Quand j’ai lu qu’il reste aus­si longtemps chaste, j’ai instinc­tive­ment cal­culé le nom­bre d’orgasmes : entre 6 à 9 par ans ! Impres­sion­nant. Com­ment faites-vous pour le faire tenir aus­si longtemps ? Com­ment fait-il ? Avec mon com­pagnon au bout d’environ 10 jours c’est impos­si­ble à gér­er.
    Bonne chance pour le bébé, et pour la suite (c’est sérieux pour son orgasme mémorable ?)

    Audrey,
    Super la pro­pa­gande de la supré­matie fémi­nine. Avez-vous lu le témoignage ? Pensez-vous que ce soit le sujet ?

  3. Bon­soir,
    Mer­ci pour votre témoignage. En le lisant, je me suis imag­iné que vous êtes un cou­ple espiè­gle et curieux qui se donne les moyens d’assouvir sa curiosité. Bra­vo d’avoir osé. Bra­vo d’avoir exploré et d’avoir adop­té les jeux de chasteté. Com­bi­en de femmes ou d’hommes sont intéressés, mais n’osent pas en par­ler à leur parte­naire ? Bra­vo aus­si à la vendeuse qui vous a apparem­ment bien con­seil­lé lors de votre pre­mier achat. Effec­tive­ment, il est beau­coup plus con­fort­able de porter une cage qui est ajustée à la taille de l’oiseau. Mon­sieur devait être déter­miné à vivre avec vous une rela­tion de chasteté. Avec son prob­lème de prépuce, alors que la plu­part auraient aban­don­né la cage, lui il décide de se faire cir­con­cire.
    Cepen­dant, dans votre témoignage vous ne par­lez pas de vos pra­tiques liées à la chasteté mas­cu­line, c’est dom­mage. Dominez-vous votre com­pagnon ?

  4. Après un orgasme, l’excitation sex­uelle de l’homme retombe pour un temps qui varie selon l’âge et l’individu, ce temps peut aller de quelques heures à quelques jours. Sup­posons que chez votre com­pagnon cette durée soit de trois jours. À par­tir du qua­trième jour, la cage entrain­era une déli­cieuse frus­tra­tion qui peut être ampli­fiée par des taquiner­ies. Au bout de quelques jours, entre 7 à 15 en fonc­tion des indi­vidus (dans votre cas 10 jours), il attein­dra un pic d’excitation et de frus­tra­tion. Il peut être utile de réduire un ou deux jours avant le pic les provo­ca­tions sex­uelles. Lorsqu’il aura atteint le pic, refusez de lui ouvrir la cage, trou­vez un pré­texte (partez en week-end sans la clé de sa cage, vis­itez un musée, bref occu­pez son esprit…). Après ce pic les effets de la cage s’estomperont un peu avec le temps, mais qui s’ils sont attisés sex­uelle­ment peu­vent s’avérer très puis­sant avec les semaines et les mois. C’est le priv­ilège de la chasteté d’être effi­cace avec le temps. Cer­tains dis­ent que les effets sont qua­si max­i­maux au bout de six mois sans inter­rup­tion et peu­vent encore être aug­men­tés sur plusieurs années.
    Amusez-vous bien