Nous avons déjà évo­quer, à plusieurs repris­es, sur notre site la tech­nique de l’orgasme ruiné. Cette pra­tique qui per­met de con­trôler et de refuser sa jouis­sance, tout en lui per­me­t­tant d’obtenir un cer­tain plaisir sex­uel. Elle est par­ti­c­ulière­ment intéres­sante lorsqu’elle est asso­ciée au port de la cage de chasteté et d’une pri­va­tion plus ou moins longue d’orgasme.

2,615 vues

La vidéo de ce couple pratiquant la chasteté masculine et orgasme ruiné, nous montre plusieurs choses :

  • Pre­mière­ment, elle mon­tre une tech­nique intéres­sante pour mas­turber son mec. En effet, elle le bran­le de bas en haut, de la base du pénis vers le gland ; alors qu’un homme aura ten­dance à se mas­turber en sim­u­lant une péné­tra­tion donc du gland vers la base du pénis.
  • Deux­ième­ment, on peut observ­er com­ment les orgasmes ruinés peu­vent venir l’un après l’autre d’une manière beau­coup plus rapi­de qu’avec des orgasmes nor­maux. Le pre­mier à 8’30, le sec­ond à 9’30 et le dernier à 10’15.
  • Pour finir, mal­gré que les orgasmes soient ruinés, le gland reste hyper sen­si­ble comme dans le cas d’une éjac­u­la­tion orgas­mique. Il est donc impor­tant de veiller à la stim­u­la­tion du pénis lors de la réal­i­sa­tion d’un orgasme ruiné.

Le pre­mier orgasme est par­faite­ment ruiné. Les stim­u­la­tions sont inter­rompues juste à temps, au moment même où le proces­sus éjac­u­la­toire est amor­cé (point de non-retour). D’ailleurs, on voit très net­te­ment sur la vidéo le sperme qui suinte de son pénis sans aucun jet ni con­trac­tion.

Le sec­ond orgasme est ruiné, mais avec un léger retard provo­quant une évac­u­a­tion du sperme avec une éjec­tion (2 jets), on peut d’ailleurs observ­er les con­trac­tions à la base du pénis qui « pom­pent » le sperme.

Quant au troisième orgasme, je suis réelle­ment sur­prise par sa sur­v­enue si rapi­de, à peine 30 sec­on­des. On peut aus­si observ­er qu’elle pra­tique le squelch­ing et scrunch­ing lors du dernier orgasme.

Cela ne vous aura pas échap­per, l’anneau de base de la cage de chasteté est restée en place pen­dant toute la libéra­tion. On peut donc en déduire qu’il va rapi­de­ment retrou­ver son petit étui pro­tecteur. :)

9 Commentaires

  1. @laurent

    Je rejoins Simone lorsqu’elle écrit que cela dépend du point de vue.

    Pour ma part, je pra­tique la dom­i­na­tion de mon mari avec l’aide d’une cage de chasteté. Une chasteté stricte, que cer­tains pour­raient qual­i­fi­er de for­cée ou encore de chasteté mas­cu­line imposée. Bien sûr, ses orgasmes sont con­trôlés et refusés, et ses émis­sions de sperme (quelle que soit la forme) sont rigoureuse­ment lim­itées.

    En fait, plus qu’une ques­tion de con­trôle de ses « giclettes », il s’agit d’un con­trôle dra­conien de ses érec­tions. En effet, le mâle soumis ne peut et ne doit pas avoir d’érection sans l’assentiment de sa maîtresse, et ceux quelques soit les cir­con­stances.

    Et, c’est là que la cage de chasteté à tout son rôle a joué. Entre la capac­ité excep­tion­nelle du corps à s’adapter et l’inertie des corps cav­erneux, une cer­taine impuis­sance se fait sen­tir lorsque le soumis reste encagé sur de longues péri­odes. Mon mari reste en cage, sans rémis­sion, pen­dant au min­i­mum dix semaines avant de prof­iter d’une libéra­tion. Libéra­tion qui s’achève dès qu’il gicle, soit quelques sec­on­des.

    Aujourd’hui et après plus de qua­tre ans de port per­ma­nent, nous con­sta­tons avec bon­heur l’efficacité de cette méth­ode. Lorsque je le libère, il n’arrive plus à obtenir une érec­tion cor­recte. Certes son machin s’allonge et grossit (tout est relatif) mais il reste dés­espéré­ment mou et pointé vers le bas.

    Cer­tains affir­ment que la chasteté mas­cu­line pour­suiv­ie sur le long terme entrain­erait une impuis­sance défini­tive. Je ne peux pas être affir­ma­tive sur cette ques­tion, mais ne penser pas que cela soit un prob­lème pour nous. Il y a bien longtemps que nous nous sommes résignés au fait que son « machin » n’était qu’une pathé­tique nouille.

    Donc, je con­sid­ère qu’à par­tir du moment où la cage de chasteté est retirée — quelle que soit la durée — il y a claire­ment une rup­ture de la péri­ode de chasteté.

    Cela dit, pour les cou­ples abor­dant la chasteté mas­cu­line d’un angle dif­férents l’orgasme ruiné est une tech­nique extrême­ment intéres­sante. Elle per­met à l’encagé de libér­er la « pres­sion » accu­mulée, tout en main­tenant un haut niveau de désir et de frus­tra­tion.

  2. Lorsque je vis une péri­ode de chasteté comme c’est le cas actuelle­ment, la libéra­tion future est une agréable et douce per­spec­tive qui me donne du courage (le courage est une qual­ité essen­tielle pour un soumis à mon avis), mais la libéra­tion en elle-même n’est pas sat­is­faisante pour moi.
    Tant d’efforts, de longues semaines de chasteté qui vont être réduites à néant, je dirais même « gâchées » pour un orgasme fur­tif, pour quelques sec­on­des de plaisir…
    C’est pour cela que l’orgasme ruiné représente une alter­na­tive tout à fait sat­is­faisante pour un soumis, cela per­met de libér­er « la pres­sion » comme le dit Madame Audrey sans offrir d’orgasme, même si j’ai bien com­pris que l’on repar­tait ensuite à zéro au niveau de la péri­ode de chasteté.

  3. @audrey Lorsque je vis une péri­ode de chasteté comme c’est le cas actuelle­ment, la libéra­tion future est une agréable et douce per­spec­tive qui me donne du courage (le courage est une qual­ité essen­tielle pour un soumis à mon avis), mais la libéra­tion en elle-même n’est pas sat­is­faisante pour moi.
    Tant d’efforts, de longues semaines de chasteté qui vont être réduites à néant, je dirais même « gâchées » pour un orgasme fur­tif, pour quelques sec­on­des de plaisir…
    C’est pour cela que l’orgasme ruiné représente une alter­na­tive tout à fait sat­is­faisante pour un soumis, cela per­met de libér­er « la pres­sion » comme le dit Madame Audrey sans offrir d’orgasme, même si j’ai bien com­pris que l’on repar­tait ensuite à zéro au niveau de la péri­ode de chasteté.

  4. Con­cer­nant le « vice » du soumis dont par­le Alain, il est pri­mor­dial que le soumis soit loy­al.
    La loy­auté est même sa qual­ité pre­mière sinon la chasteté n’a aucun sens vu qu’il est pos­si­ble d’éjaculer avec la plu­part des cages de chasteté, y com­pris les small.
    La cage est un sym­bole fort, mais elle ne garan­tit rien.

    • @laurent

      Tout cela dépend de votre point de vue de la pra­tique de la chasteté mas­cu­line au sein de votre cou­ple.

      Pour ma part, l’orgasme ruiné est une excel­lente tech­nique per­me­t­tant de con­trôler et de refuser l’orgasme à son com­pagnon, donc une tech­nique qui s’inscrit pleine­ment dans une péri­ode de chasteté.