La chasteté mas­cu­line au sein du cou­ple présente de nom­breux avan­tages, mais con­nais­sez-vous l’explication sci­en­tifique der­rière celle-ci ? Dans cet arti­cle, nous allons explor­er la rela­tion entre le cerveau, l’orgasme et la chasteté mas­cu­line. Cela peut vous aider à répon­dre à cer­taines ques­tions que vous vous posez con­cer­nant la chasteté mas­cu­line ; ou bien men­er des recherch­es qui vous per­me­t­tront d’explorer la chasteté mas­cu­line de façon nou­velle et pro­fonde. Du reste, réduire la chasteté au déni d’orgasme est sim­pliste et ne reflète pas ce qu’elle est dans son ensem­ble.

Cet arti­cle est rédigé à par­tir du bil­let « Male Chasti­ty — Plea­sure and Devo­tion, the Sci­ence Behind It [1]»

J’ai eu quelques lec­tures sur la sci­ence con­cer­nant le sexe, en m’intéressant plus par­ti­c­ulière­ment aux études sur l’orgasme. J’ai cher­ché des répons­es à bon nom­bre de ques­tions au sujet de ma pro­pre réac­tion à la chasteté par exem­ple :

  • Com­ment expli­quer que je sois de si bonne humeur pen­dant mes péri­odes de chasteté ?
  • Quand j’ai un orgasme, pourquoi est-il si intense, dure longtemps et est telle­ment dif­férents de ceux d’avant ?
  • Pourquoi je ressens cet intense sen­ti­ment de dévo­tion envers ma femme, cher­chant à l’aider et à la servir ?
  • Quel est la rai­son pour laque­lle je perds cette intense dévo­tion avec l’orgasme ? Et, pourquoi me faut-il plusieurs jours, voir semaine, pour retrou­ver le même niveau de dévo­tion qu’avant l’orgasme ?
  • Com­ment expli­quer que ma femme soit bien plus ent­hou­si­aste quand nous faisons l’amour qu’avant mon expéri­ence de la chasteté ?
  • Pourquoi ma femme me sem­ble de bien meilleure humeur qu’auparavant, prête à de nou­velles expéri­ences, plus intime et plus espiè­gle même si ne faisons pas l’amour ?

J’ai gardé ces inter­ro­ga­tions en tête, sans vrai­ment y avoir cher­ché des répons­es jusqu’au jour où j’ai décidé de m’y intéress­er sérieuse­ment. J’étais décon­te­nancé par ce mys­térieux relâche­ment post-orgas­mique con­duisant au repli sur soi après l’amour. Cette fameuse « déprime post éjac­u­la­toire » qui met­tait tou­jours un terme pro­vi­soire à ma dévo­tion envers ma femme. Cela a attisé ma curiosité. Pourquoi cette dévo­tion ne passe jamais l’obstacle de l’orgasme et ne dure-t-elle pas en per­ma­nence ?

La perte de dévotion après l’orgasme

Un jour j’ai décou­vert un excel­lent blog, MaleChastityBlog.com, écrit par Sarah Jame­son. C’est une mine de bons con­seils, de sagesse et de retour d’expérience sur la chasteté mas­cu­line ; qu’elle pra­tique en cou­ple, avec son mari, depuis de nom­breuses années. Elle y décrit l’augmentation pro­gres­sive des durées entre les orgasmes de son mari, John. D’un orgasme men­su­el, à ensuite un tous les trois ou qua­tre mois, puis tous les sept mois ; jusqu’à envis­ager pro­longer jusqu’à un an ou plus… Avec au final, l’éventualité d’une inter­dic­tion défini­tive d’orgasme !

Perte de dévotion après l'orgasme
Le priv­ilège de la chasteté mas­cu­line est d’être effi­cace avec le temps.

Sarah a égale­ment écrit un livre sur la chasteté mas­cu­line « Be Care­ful What You Wish For » (Faites atten­tion à ce que vos désirez). Une superbe com­pi­la­tion de ses pen­sées, expéri­ences et con­seils pour savoir si la chasteté mas­cu­line est pour vous. Elle donne égale­ment de nom­breux con­seils pour vous aider à l’introduire dans votre cou­ple.

Un point qu’elle abor­de est sa réflex­ion sur son inten­tion de pro­longer la durée de la chasteté de son mari. Son raison­nement est logique, math­é­ma­tique. Elle a observé que son mari per­dait toute dévo­tion et désir après un orgasme, et qu’il lui fal­lait entre 7 à 10 jours d’abstinence pour les retrou­ver. Donc, en le libérant une fois par mois, ils per­daient entre 3 à 4 mois par an de dévo­tion. Inac­cept­able !

Ce con­stat de « perte de dévo­tion » après l’orgasme et de l’état euphorique pen­dant la chasteté coïn­cidait avec ma pro­pre expéri­ence. Je me suis donc inter­rogé ; quelle serait la meilleure durée de chasteté pour moi ? Au cours de ma pro­pre expéri­ence, ma plus longue péri­ode sans orgasme était de 18 jours ; et, je me sou­viens de mon empresse­ment à l’idée d’une libéra­tion. Je me suis demandé si je devais — et com­ment le faire — pro­longer ces péri­odes ?

Le rôle des hormones dans la sexualité

J’ai com­mencé mes recherch­es en essayant de com­pren­dre les change­ments d’humeur qui se pro­dui­saient après un orgasme. Et, plus par­ti­c­ulière­ment, après une longue péri­ode de chasteté. À force de me doc­u­menter, j’ai com­pris que l’humeur des humains dépendait de la présence, de la con­cen­tra­tion ou de l’absence de cer­taines hor­mones.

Les mécan­ismes biochim­iques sont bien con­nus. Et, ils four­nissent toutes les répons­es non seule­ment sur le change­ment d’humeur, d’attitude lié à la chasteté ; mais égale­ment à bien d’autres ques­tions aux­quelles je n’avais pas pen­sé.

Il existe plusieurs de ces neu­ro­trans­met­teurs impliqués dans le con­di­tion­nement de nos com­porte­ments. Mais, les trois dom­i­nants qui gèrent la sex­u­al­ité et l’orgasme sont : la dopamine, la pro­lac­tine et l’ocytocine. Le qua­trième fac­teur qui ren­tre en compte est la con­cen­tra­tion de ces trois hor­mones, en par­ti­c­uli­er la dopamine.

Expliquons main­tenant le rôle de ces trois acteurs hor­monaux, ain­si que les effets sur notre corps.

  • Aller au contenu principalAller à la barre d’outils À propos de WordPress Oluo.fr 00 commentaire en modération Créer Voir l’article SEOScore SEO OK ExactMetrics Theme support UpdraftPlus Bonjour, TeamOluoTeamOluo Se déconnecter Options de l’écranAide Modifier l’article Ajouter Awesome! You have been using Advanced DB Cleaner for more than 1 week. Would you mind taking a few seconds to give it a 5-star rating on WordPress? Thank you in advance :) Ok, you deserved it | I already did | No, not good enough  Hola! Would you like to receive automatic updates and unlock premium support? Please activate your copy of WPBakery Page Builder.  Ne plus afficher. Saisissez le titre Plaisir et Dévotion grâce à la Chasteté Masculine, explication scientifique Permalien : https://oluo.fr/chastete-masculi…plaisir-devotion/ ‎Modifier Obtenir le lien court  Ajouter un média  Ajouter un formulaire de contactVisuelTexte Fichier Modifier Voir Insérer Format Outils Tableau  Paragraphe Shortcodes Verdana 11pt    UL » LI Nombre de mots : 2351   Dernière modification par TeamOluo, le 8 février 2019 à 13 h 57 min Ouvrir/fermer la section Options de Age Gate  Restreint à: 18  Ne pas limiter l’âge pour ce contenu Ouvrir/fermer la section Publier Prévisualiser les modifications(ouvre un nouvel onglet)  État : Publié ModifierModifier l’état  Visibilité : Public ModifierModifier la visibilité  Publié le : 6 avril 2017 à 21h 00 min ModifierModifier la date et l’heure  Publicize : Non connecté Modifier Lisibilité : Bon SEO : OK Mettre à la corbeille  Ouvrir/fermer la section Format Ouvrir/fermer la section Catégories Toutes Plus utilisés  BlogRendre principal  Featured(Catégorie principal)Principal  Candaulisme  Notes  Chasteté masculine  Courrier des lecteurs  Keyholder  Questions fréquentes  Tease and Denial  Conseil pratique  Dossier  En passant  exp  Expérience des lecteurs  Guides  La Carpette  Pour les cocus et ceux qui veulent le devenir  Pour soumis et/ou esclave  Non classé  Vidéo  La Boite à Joujoux + Ajouter une nouvelle catégorie Ouvrir/fermer la section Étiquettes Ajouter une nouvelle étiquette Séparez les étiquettes par des virgules  Retirer un terme : Chasteté ChastetéRetirer un terme : Contrôle de l'orgasme Contrôle de l'orgasmeRetirer un terme : Dévotion Dévotion Choisissez parmi les étiquettes les plus utilisées  Ouvrir/fermer la section Partage  Afficher les boutons de partage. Ouvrir/fermer la section Featured Video Ouvrir/fermer la section Featured Audio  Paste an audio link from SoundCloud it will be embedded in the post and the thumb used as the featured image of this post. You need to choose Audio Format from above to use Featured Audio. Ouvrir/fermer la section Image mise en avant La neurobiologie nous permet de comprendre de manière scientifique ce besoin ressentie de chasteté masculine. Comment un homme chaste éprouver du plaisir dans la contrainte. D’ou vient cette intense dévotion ? Pourquoi un couple ayant adopté la cage de chasteté ne peut plus s’en passer ? Et pourquoi un homme chaste lorsqu’il ne porte pas sa cage se sent nu ?  Cliquez sur l’image pour la modifier ou la mettre à jour.  Supprimer l’image mise en avant  Ouvrir/fermer la section Lien interne Yoast Ceci est une liste de contenu liés vers lesquels vous pourriez faire des liens dans cette publication. Lisez notre article sur la structure des sites(Opens in a new browser tab) pour en apprendre plus sur l’intérêt du maillage interne pour votre référencement.  Envisagez de faire des liens vers ces articles Cornerstone :(Opens in a new browser tab)  Copier le lienOrgasme féminin : les femmes ont du mal à jouir(Opens in a new browser tab) Envisagez de faire des liens vers ces articles :  Copier le lienPollution nocturne ou éjaculation nocturne(Opens in a new browser tab) Copier le lienSquelching – Technique d’orgasme ruiné(Opens in a new browser tab) Copier le lienContrôle et déni avec les orgasmes ruinés(Opens in a new browser tab) Copier le lienSi vraiment, elle ne veut pas entendre parler de chasteté masculine, mais alors VRAIMENT pas !(Opens in a new browser tab) Copier le lienNicolas(Opens in a new browser tab) Copier le lienJe veux essayer la chasteté(Opens in a new browser tab) Copier le lienCombien de temps devrais-je le garder enfermé ?(Opens in a new browser tab) Copier le lienLa réalité de la chasteté masculine dans les couples(Opens in a new browser tab) Copier le lienL'orgasme ruiné : entre plaisir et contrôle(Opens in a new browser tab) Ouvrir/fermer la section Créer un sujet de forum   Un sujet est crée dans le forum sélectionné quand vous enregistrez ce document. Ouvrir/fermer la section Post Settings General   Smart List   Reviews Post template:?                 Single Post Template 20 (2)  Single Post Template 20 Primary category:? Auto select a category If the posts has multiple categories, the one selected here will be used for settings and it appears in the category labels. Sidebar position:?     Custom sidebar:? Default Sidebar Subtitle: This text will appear under the title Quote on blocks: Show a quote (only when this article shows up in blocks that support quote and only on blocks that are on one column) Source name: This name will appear at the end of the article in the "source" spot on single posts Source url: Full url to the source Via name: Via (your source) name, this will appear at the end of the article in the "via" spot Via url: Full url for via Ouvrir/fermer la section Yoast SEO Premium Content optimization Score SEO OK Réseaux sociaux Avancé Add-ons Requête cibleAide pour obtenir la requête cible parfaite(Opens in a new browser tab) dévotion  Édition des métadonnées SEO title preview:https://oluo.fr › chastete-masculine-plaisir-devotion Plaisir et Dévotion grâce à la Chasteté Masculine, explication scientifique • Oluo.fr Url preview: Meta description preview: Comment un homme chaste éprouver du plaisir dans la contrainte. D’ou vient cette intense dévotion ? Pourquoi un couple ayant adopté la cage de chasteté… Mobile previewDesktop previewEdit snippet  Analyse de la lisibilité Bon  Analyse SEO OK dévotion  Ajouter une variante  Contenu Cornestone  Tendances Ouvrir/fermer la section Commentaires Ajouter un commentaire  AvatarAndrea eleveandrea@yahoo.fr 2a01:e34:ece4:ae80:3417:1435:a41f:2d6e Bonjour,  J’ai trouvé l’article très intéressant. Merci beaucoup. Cela apporte un élément scientifique (à la portée de chacun) à ce que j’ai pu constater par moi-même [à quelques écarts près (en particulier sur les durées, et qui doivent bien naturellement dépendre de chaque personne d’un point de vue physiologique…)].  J’ai quelques questions par ailleurs … – Est il possible d’améliorer le taux d’ocytocine (d’un point de vue naturel (alimentation…) et/ou médicamenteux) ? – Par ailleurs, est ce qu’un orgasme ruiné (pour un homme) a un impact sur l’afflux de prolactine par rapport à un orgasme abouti ?  je vous remercie par avance,  Andrea (Homme, 45 ans)  Désapprouver | Répondre | Modification rapide | Modifier | Indésirable | Corbeille CharlotteCharlotte charlotte@team.oluo.fr Luc, voici quelques liens en réponse à votre question : Portrait chimique de votre cerveau amoureux, Que se passe-t-il dans le cerveau quand on tombe amoureux ?, Le sentiment amoureux né d’un cocktail chimique  Désapprouver | Répondre | Modification rapide | Modifier | Indésirable | Corbeille Avatarluc domi4242@hotmail.fr 109.212.206.140	 Bonjour J’ai une question par rapport à cet article^^. Cela suggère-t-il que les sentiments amoureux sont principalement de nature chimique ? Luc  Désapprouver | Répondre | Modification rapide | Modifier | Indésirable | Corbeille  Merci de faire de WordPress votre outil de création.Version 5.4.2 Nombre d’éléments médias trouvés : 2 Fermez la boite de dialogue Ajouter un média Actions Téléverser des fichiersBibliothèque de médias Filtrer les médiasFiltrer par type Tous les éléments médias Filtrer par date Toutes les dates Rechercher dop Liste des médias DÉTAILS DU FICHIER JOINT  dopamine.jpg 2 septembre 2017 153 KB 1738 pixels par 1105 Modifier l’image Supprimer définitivement Texte alternatif Décrivez le but de l’image(ouvre un nouvel onglet). Laissez vide si l’image est purement décorative.Titre Chemical formula of Dopamine on a blackboard Légende Molécule de dopamine Description Copier le lien https://oluo.fr/wp-content/uploads/2017/04/dopamine.jpg Les champs obligatoires sont indiqués avec *  Remplacer le média Téléverser un nouveau fichier Pour remplacer le fichier actuel, cliquez sur le lien et choisissez le fichier de remplacement.   RÉGLAGES DE L’AFFICHAGE DU FICHIER JOINT Alignement Droite Lier à Fichier média Adresse web https://oluo.fr/wp-content/uploads/2017/04/dopamine.jpg Taille Grande – 696 × 442 Actions des médias sélectionnés. 1 élément sélectionné Effacer Insérer dans la publication
    Molécule de dopamine

    La dopamine

C’est l’hormone qui provoque le sen­ti­ment de plaisir lorsqu’on pra­tique cer­taines activ­ités. Par exem­ple, l’excitation sex­uelle, la bonne nour­ri­t­ure, le sport, les jeux d’argent ou faire du shop­ping. La con­som­ma­tion de médica­ments ou de drogue peut aug­menter le taux de dopamine dans le cen­tre de récom­pense du cerveau.

Un niveau élevé de dopamine est ressen­ti par le cerveau comme du plaisir ; et plus ce niveau monte, plus le plaisir est intense. Le plaisir intense de l’orgasme est le résul­tat d’un flux soudain de dopamine sécrétée dans le « cen­tre de récom­pense » de notre cerveau.

  • La PROLACTINE, hormone de la satiété

Pour ain­si dire, c’est une sorte de frein sur le niveau et la durée de l’effet de la dopamine et de l’ocytocine. Son niveau reste sta­ble dans le cerveau excep­té après un flot soudain de dopamine et d’ocytocine. Comme, lors d’un orgasme. Le taux élevé demeure dans le cerveau pen­dant une à deux semaines, inhibant de fait la libido mas­cu­line.

  • L’OCYTOCINE, hormone des câlins

Lorsque son niveau est élevé, elle pro­duit le plaisir du sen­ti­ment amoureux et de la con­nex­ion entre deux êtres, du rap­proche­ment, dévo­tion et pro­tec­tion. C’est le pre­mier fac­teur de la con­sti­tu­tion d’un cou­ple. Un flash d’ocytocine est pro­duit pen­dant l’orgasme et est respon­s­able du sen­ti­ment amoureux. En moins d’une heure ce taux est large­ment en dessous du niveau qu’au début de l’excitation sex­uelle. Chez les femmes, ce taux décroît plus lente­ment en atteignant son niveau nor­mal en quelques heures sans jamais plonger en dessous de ce niveau.

En plus de l’orgasme, l’autre façon de faire mon­ter le taux d’ocytocine est le con­tact, les caress­es. Pas néces­saire­ment de manière sex­uelle, rien que le sim­ple fait de se tenir la main va faire mon­ter le taux chez la femme et l’homme. Quand le niveau d’ocytocine est réduit au niveau nor­mal ou en dessous, mal­gré l’impression de réduc­tion du sen­ti­ment d’affection, le sou­venir de ce sen­ti­ment per­dure. C’est ce sou­venir qui four­nit la base d’une rela­tion à long terme et qui per­met de sur­mon­ter l’effet de marée mon­tante et descen­dante du taux de dopamine et de pro­lac­tine.

  • L’accoutumance

Le qua­trième fac­teur qui ren­tre en compte est le niveau de con­cen­tra­tion des récep­teurs hor­monaux. En par­ti­c­uli­er ceux de la dopamine.

Prenons l’exemple d’un homme qui se mas­turbe sou­vent. Lors de l’éjaculation, son cerveau est inondé par une sécré­tion impor­tante de dopamine qui pro­cure cette sen­sa­tion de plaisir et de soulage­ment. Or, les récep­teurs dévelop­pent une tolérance, une réponse « engour­die » au plaisir. Alors, le même flash de dopamine n’est plus perçu avec la même sat­is­fac­tion. En con­séquence, un accro à la mas­tur­ba­tion aura besoin de se mas­turber plus fréquem­ment pour ressen­tir le même plaisir. À con­trario, un homme ayant des orgasmes moins fréquents ressen­ti­ra un plus grand plaisir. En effet, il aura com­par­a­tive­ment une plus grande con­cen­tra­tion de récep­teurs hor­monaux.

Des hormones en concurrence

Comme déjà évo­qué, la façon font le taux de dopamine et de pro­lac­tine évolue pen­dant et après l’orgasme est très dif­férent chez l’homme que chez la femme.

Chez l’homme, la courbe de l’évolution du taux de dopamine pen­dant l’excitation sex­uelle, l’orgasme et après l’orgasme à une forme en dents de scie. Il y a une aug­men­ta­tion pro­gres­sive pen­dant l’excitation sex­uelle, puis une forte ascen­sion à l’approche de l’orgasme. Pen­dant l’orgasme, la courbe est qua­si ver­ti­cale. Et, c’est ce flash soudain de dopamine qui est ressen­ti par les hommes comme un plaisir intense. Ce parox­ysme exta­tique ne dure que cinq à dix sec­on­des en général. Qua­tre à douze con­trac­tions éjac­u­la­toires espacées d’environ 0,8 sec­onde, d’après Mas­ters et John­son.

Cette explo­sion de dopamine entre en con­cur­rence avec une rafale simul­tanée de pro­lac­tine. Celle-ci provoque une chute bru­tale du niveau de dopamine après l’orgasme. Le résul­tat de ce duel d’hormones, juste quelques min­utes après l’orgasme, est un niveau de dopamine qui chute bien en dessous de son niveau avant le début de l’excitation sex­uelle. Avec, en par­al­lèle, un taux élevé de pro­lac­tine qui per­siste au-dessus de son niveau nor­mal jusqu’à deux semaines !

Pour les femmes, le tableau est tout autre. Leurs niveaux de dopamine sont large­ment influ­encés par leurs cycles men­stru­els. La courbe du taux de dopamine chez la femme est donc plus douce. En forme de vagues arrondies, avec des mon­tées et des descentes gradu­elles. Pen­dant l’excitation sex­uelle, son niveau de dopamine monte par paliers, d’où l’importance des prélim­i­naires pour la femme. Pen­dant l’orgasme, le taux con­naît un pic, mais ne dimin­ue pas aus­si rad­i­cale­ment que chez l’homme, redescen­dant lente­ment et pro­gres­sive­ment.

L’influence des hormones

Après avoir détail­lé le cycle de ces hor­mones, regar­dons de plus près leur influ­ence sur l’humeur et les sen­ti­ments dans la vie quo­ti­di­enne.

  • DOPAMINE

Un taux nor­mal à élevé pro­duit : moti­va­tion, bien-être, plaisir d’accomplir des tâch­es, bonne libido, opti­misme, plaisir d’être en société ; mais aus­si, désir de com­mu­ni­ca­tion, choix per­ti­nents.

Tan­dis qu’un faible taux provoque un manque d’envie et d’ambition, une inca­pac­ité à aimer, une baisse de la libido ; ou encore, dépres­sion, asthénie, égoïsme, juge­ment faussé ou anx­iété sociale.

  • PROLACTINE

Les symp­tômes d’un taux élevé sont : léthargie, perte de libido, dépres­sion, irri­tabil­ité, testostérone en baisse, prise de poids, pes­simisme.

Au con­traire, un taux faible génère le désir sex­uel, l’amour pour sa parte­naire et l’envie de partager.

  • Un taux élevé d’Ocytocine sera la source de la dévotion masculine amplifiée par la chasteté masculine contrôlée au sein du couple
    Molécule d’o­cy­tocine, l’hor­mone des câlins

    OCYTOCINE

Un taux nor­mal à élevé d’ocytocine sera l’origine d’un sen­ti­ment d’attachement fort, désir, dévo­tion et con­nex­ion à l’autre. De plus, il aug­mente la récep­tiv­ité sex­uelle, il engen­dre des béné­fices pour la san­té (pres­sion artérielle faible, meilleure cir­cu­la­tion san­guine). Mais aus­si une impres­sion pos­i­tive aug­men­tée (envie de respon­s­abil­ité) ou encore moins d’envies et d’addictions inadap­tées.

À l’inverse, un faible taux aura pour con­séquence l’absence d’envie d’attachement, de dévo­tion ou de con­nex­ion avec les autres. Ou encore la cause du manque d’envie, y com­pris sex­uelle, de la dépres­sion et d’un sys­tème immu­ni­taire affaib­li.

Éjaculation fréquente : un cercle vicieux

Main­tenant, prenons l’exemple d’un cou­ple dans la moyenne, d’âge mûr, mar­ié, faisant l’amour jusqu’à l’orgasme de l’homme env­i­ron deux fois par semaine, la femme atteignant l’orgasme une fois sur deux — hypothèse réal­iste !

Pour l’homme, c’est une marée mon­tante et descen­dante de dopamine (plaisir) et de pro­lac­tine (satiété) ; d’autant plus dif­fi­cile à con­trôler que le dernier orgasme de l’homme est proche. Pour com­penser cela, il va chercher à remon­ter son taux de dopamine pour se sen­tir à nou­veau bien.

Pour y par­venir, il va repro­duire des sit­u­a­tions que son cerveau con­nait déjà pour aug­menter son niveau de dopamine. Cela peut inclure l’excès de nour­ri­t­ure ou d’alcool, la con­som­ma­tion de drogues (légales ou pas), un com­porte­ment quo­ti­di­en à risque. Ou encore, des activ­ités inavouables auprès de sa parte­naire telles que la mas­tur­ba­tion, la con­som­ma­tion de porno ou l’adultère.

Avec la per­sis­tance de la pro­lac­tine dans le cerveau après chaque orgasme, un homme qui éjac­ule ou se mas­turbe sou­vent est con­stam­ment main­tenu dans un cer­cle vicieux. Car il ne retrou­ve jamais un niveau nor­mal de dopamine. De ce fait, il est inca­pable de main­tenir un lien émo­tion­nel con­stant avec sa femme.

Pour la femme de ce cou­ple, son niveau de dopamine est large­ment con­trôlé par son cycle men­stru­el. Elle éprou­ve des mon­tées et des descentes de son taux de façon pro­gres­sives au cours de l’acte sex­uel. Son taux redescend lente­ment avant de revenir à son niveau nor­mal. Cela con­tribue à une sen­sa­tion de bien-être. Elle ne subit pas une brusque chute de désir comme son mari. La fameuse et désolante « déprime post éjac­u­la­toire ».

La période réfractaire de dévotion

Après l’orgasme, l’homme con­naît une péri­ode pen­dant laque­lle il est phys­i­ologique­ment inca­pable d’obtenir une nou­velle érec­tion. Ce que l’on appelle la péri­ode réfrac­taire. Celle-ci peut dur­er de quelques min­utes, pour un homme jeune, à plusieurs jours, pour un homme plus âgé.

Par analo­gie, la péri­ode réfrac­taire de dévo­lu­tion est la phase pen­dant laque­lle l’homme perd toute dévo­tion et intérêt à la chasteté mas­cu­line. Plus pré­cisé­ment, c’est la péri­ode de récupéra­tion qu’il lui est néces­saire pour retrou­ver un niveau nor­mal de dopamine et d’oxyctocine. La durée de celle-ci dépend bien sûr de chaque indi­vidu, chaque parte­naire devra déter­min­er celle de son homme.

Dans la majorité des cas, le cou­ple peut s’attendre à une ou deux semaines de perte de désir, d’attention et de dévo­tion de la part du parte­naire après cha­cun de ses orgasmes.

Le contrôle de l’orgasme et la chasteté masculine

Tease & Denial pour intensifier la dévotion de votre partenaire
Ren­force­ment pos­i­tive de la chasteté mas­cu­line par un jeu de Tease & Denial

En optant pour le con­trôle des orgasmes, le parte­naire n’a plus d’orgasme pen­dant sa péri­ode de récupéra­tion. Son taux de dopamine est, alors, en con­stante aug­men­ta­tion, bien au-delà de son taux nor­mal, et ceux aus­si longtemps qu’il ne jouit pas. D’autre part, il n’a plus à faire face à la mon­tée de la pro­lac­tine qui « efface » sa dopamine.

L’homme chaste retrou­ve alors, en une semaine ou deux, un niveau nor­mal de dopamine. Et, plus la péri­ode de déni sera longue, plus son niveau de dopamine aug­mentera. C’est le priv­ilège de la chasteté d’être effi­cace avec le temps.

Les jeux de Tease & Denial sont un excel­lent moyen de boost­er son taux de dopamine, par­ti­c­ulière­ment s’il est amené à la lim­ite de l’orgasme. De plus, la con­trainte imposée par le port per­ma­nent de la cage de chasteté accentuera l’augmentation de dopamine. En effet, celle-ci main­tien­dra son niveau d’excitation et lui rap­pellera con­tin­uelle­ment qu’il a remis le con­trôle de ses orgasmes à sa parte­naire.

  1. SecretChasti­ty­Hus­band Lien (en)
Morgane
C’est mon petit-ami qui m’a fait découvrir la chasteté masculine lors de ma première année d’université, depuis j’en suis tombée amoureuse <3

Le jeu de la chasteté, et les choses qu’il me permet de faire aux garçons *ahem*, je veux dire avec les hommes est si érotiquement excitant pour moi. La chasteté masculine sous contrôle féminin, j’y pense, j’en rêve et je le fais tout le temps, c’est une véritable obsession :D

3 Commentaires

  1. Bon­jour,

    J’ai trou­vé l’article très intéres­sant. Mer­ci beau­coup.
    Cela apporte un élé­ment sci­en­tifique (à la portée de cha­cun) à ce que j’ai pu con­stater par moi-même [à quelques écarts près (en par­ti­c­uli­er sur les durées, et qui doivent bien naturelle­ment dépen­dre de chaque per­son­ne d’un point de vue phys­i­ologique…)].

    J’ai quelques ques­tions par ailleurs …
    – Est il pos­si­ble d’améliorer le taux d’ocytocine (d’un point de vue naturel (ali­men­ta­tion…) et/ou médica­menteux) ?
    – Par ailleurs, est ce qu’un orgasme ruiné (pour un homme) a un impact sur l’afflux de pro­lac­tine par rap­port à un orgasme abouti ?

    je vous remer­cie par avance,

    Andrea (Homme, 45 ans)