C’est une ques­tion que l’on me pose sou­vent. Que ce soit de jeunes cou­ples, ou des moins jeunes, des novices, des débu­tants ou encore des cou­ples avec une cer­taine expéri­ence de la chasteté mas­cu­line. Je vais essay­er de répon­dre aux dif­férents pro­fils dans ce bil­let. Bien sûr, vous ne débuterez pas l’aventure de la chasteté par de longues durées d’encagement. Ne vous atten­dez pas à ce qu’il porte sa cage pour la pre­mière fois et qu’il décou­vre un con­fort par­fait. Un homme nou­velle­ment encagé devra apprivois­er la cage. Lais­sez-le décou­vrir, par péri­odes de port brèves, les sen­sa­tions et les plaisirs qui vont avec. D’abord quelques heures, puis une journée, puis un jour et une nuit, puis deux jours… Observez ensem­ble com­ment mon­sieur sup­porte et s’adapte, n’hésitez pas à en dis­cuter. Lorsqu’il aura apprivoisé la cage, alors, vien­dra pour lui le moment de con­fi­er la clé à sa parte­naire. Une fois que mon­sieur aura offert la clé de sa cage, madame devra accepter son nou­veau rôle. Celui de devenir sa Key­hold­er. Il veut qu’elle joue le jeu du con­trôle, de la taquiner­ie et du refus de l’orgasme. Mon­sieur espère qu’elle gardera son pénis enfer­mé et qu’elle sera « vicieuse » avec lui. Par cela, il entend qu’elle le fera atten­dre, le faire sup­pli­er, le faire plaider, pour obtenir un orgasme. Madame devien­dra l’unique respon­s­able du jeu : elle seule décidera, alors, de la durée du port de la cage. Cepen­dant, lorsque vous débutez dans la chasteté il peut être judi­cieux de vous con­cert­er et de con­venir d’une péri­ode raisonnable. Quand vous aurez con­venus ensem­ble de la durée, Madame, en tant que Key­hold­er devra s’assurer qu’il s’y tien­dra. Elle devra s’attendre à ce que son parte­naire tente d’arracher une libéra­tion pré­maturée. Sauf dans le cas d’un prob­lème réel et sérieux, elle devra alors être douce, mais intran­sigeante et refuser de le libér­er tant que le moment con­venu mutuelle­ment n’est pas atteint.

La chasteté sur le long terme

Le priv­ilège de la chasteté est d’être effi­cace avec le temps
Après vos pre­mières expéri­ences réussies, peut-être souhaiterez-vous expéri­menter des péri­odes d’encagement plus longues. C’est une excel­lente idée ! Le priv­ilège de la chasteté mas­cu­line est d’être effi­cace avec le temps. Il faut en moyenne un min­i­mum de trois-qua­tre jours pour en sen­tir les effets, qui s’estomperont un peu avec le temps, mais qui s’ils attisés sex­uelle­ment, peu­vent d’avérer très puis­sants sur la durée. Sachez qu’il n’existe aucun motif réel vous empêchant de faire per­dur­er la chasteté sur une longue péri­ode. Avec une cage par­faite­ment ajustée à la taille de son pénis flasque, l’homme pour­ra rester ver­rouil­lé aus­si longtemps que souhaiter. Et si mon­sieur refuse ? Bien sûr, cette réti­cence est com­préhen­si­ble, mon­sieur peut alors percevoir la cage que comme une con­trainte niant sa viril­ité. Dis­cutez-en. Madame pour­ra faire val­oir les béné­fices que la chasteté mas­cu­line con­trôlée a apportés au quo­ti­di­en du cou­ple. Elle pour­ra expli­quer qu’elle souhaite juste expéri­menter sur une plus longue péri­ode. En dernier recours, elle sur­pren­dra son parte­naire en usant de son pou­voir de Key­hold­er. Le jour où il s’attendra à être libéré, elle lui annon­cera qu’elle pro­longe sa péri­ode d’encagement.

Quel est donc l’intervalle idéal entre deux orgasmes pour l’homme ?

La péri­ode « réfrac­taire de dévo­tion » Lire l’ar­ti­cle Plaisir et Dévo­tion grâce à la Chasteté Mas­cu­line, expli­ca­tion scientifique
Autrement dit, quelle est la durée idéale de la chasteté ? C’est un com­pris entre le désir de l’homme d’éprouver le plaisir intense de l’orgasme tous en min­imisant la durée de perte de dévo­tion et de ce sen­ti­ment de bien-être procuré par la chasteté. Pour la femme, le com­pro­mis est un mélange com­plexe de ce qu’elle croit être le mieux pour son parte­naire qu’elle aime, ce qu’il y a de mieux pour leur rela­tion et franche­ment ce qu’il y a de mieux pour elle. 
Le plaisir de la chasteté s'apprécie sur la durée
Il faut pren­dre le temps d’ap­préci­er les bonnes choses
Pour définir la durée, cela dépend bien sûr de chaque indi­vidu, chaque parte­naire étant cen­sée con­naitre son homme. Mais, de façon réal­iste et dans la majorité des cas, la femme sait qu’après chaque orgasme, elle peut s’attendre à une ou deux semaines de perte de désir, d’attention et de dévo­tion. Sarah, estime que les péri­odes « réfrac­taire de dévo­tion » de son mari durent dix jours. Autrement dit, après un orgasme il lui faut dix jours pour retrou­ver le même niveau d’attention et de dévo­tion. Ain­si, elle a cal­culé le nom­bre de jours « per­dus » sur une année en lui accor­dant un orgasme par mois. Le résul­tat est élo­quent : ils per­daient env­i­ron 120 jours, soit un tiers de l’année ! Ils ont con­venus d’une péri­od­ic­ité d’orgasme pour lui sur la base d’une fois par trimestre. Dans ces con­di­tions, ils ne per­dent plus que 40 jours. En con­séquence ils prof­i­tent à 90 % du temps des plaisirs de la chasteté mas­cu­line. Bien sûr, il veut en per­ma­nence attein­dre l’orgasme, mais il meurt d’envie qu’elle le lui refuse. Il sait que c’est grâce au port con­trôlé de la cage — et au final, selon la durée qu’elle a choisie — qu’il con­serve un désir max­i­mal et per­ma­nent. Et que leur com­plic­ité de cou­ple n’est que plus forte.
Morgane
C’est mon petit-ami qui m’a fait découvrir la chasteté masculine lors de ma première année d’université, depuis j’en suis tombée amoureuse <3

Le jeu de la chasteté, et les choses qu’il me permet de faire aux garçons *ahem*, je veux dire avec les hommes est si érotiquement excitant pour moi. La chasteté masculine sous contrôle féminin, j’y pense, j’en rêve et je le fais tout le temps, c’est une véritable obsession :D