On ne le dira jamais assez : la meilleure façon pour un couple de faire des choses ensemble, c’est de communiquer et de s’accorder sur ces choses. La chasteté masculine et le déni d’orgasme ne font pas exception. Votre conjoint ne sait pas ce que vous pensez et il ne le saura jamais si vous ne lui dites pas.

EAussi, au moment d’introduire la notion de chasteté masculine dans votre couple, une bonne idée est de définir clairement ce que l’un et l’autre pouvez et ne pouvez pas faire. Le marquer dans un contrat a cet intérêt que votre conjoint sait jusqu’où il ou elle peut aller.

Vous pouvez écrire votre contrat comme vous le voulez, après tout, c’est votre contrat et personne ne dit qu’il doit être comme ceci ou comme cela, qu’il doit inclure telle ou telle condition et non telle autre. La façon dont vous pratiquez la chasteté masculine ne regarde que vous et personne d’autre.

Ceci dit, comme tout contrat idéal, il devrait contenir au moins les éléments suivants :

  • Quelles sont les parties.
  • Ce que peut faire et décider chaque partie.
  • Ce qui se passe si une des parties ne respecte pas une clause du contrat.
  • Comment le contrat peut évoluer.

Ce que vous direz dans le contrat est important. Bien sur, il définit ce que les deux parties peuvent faire, mais la chasteté est un jeu et le contrat définit également et surtout ce que vous voulez faire dans ce jeu. Aussi, si vous voulez que votre épouse ne vous libère qu’une fois par semaine ou une fois par mois : marquez le dans le contrat !

De le même façon, si vous ne voulez pas quelque chose, ne l’autorisez pas dans le contrat. Si la chasteté permanente (le fait de ne pas jouir du tout, plus jamais jamais jamais !) ne vous tente pas, ne l’autorisez pas dans le contrat et prévoyez une durée maximum que les deux parties s’accordent à ne pas dépasser.

Vous trouverez des modèles de contrats ici et là sur l’Internet. La plupart sont en anglais, mais ils pourront vous servir de base pour établir votre propre contrat.