Les orgasmes ruinés et les « tease and denial »

Les cou­ples pra­ti­quant les jeux de « edg­ing » ou de « Tease and Denial » peu­vent par­faite­ment met­tre en œuvre la tech­nique de l’orgasme ruiné dans leur rela­tion.

L’art de l’« edg­ing » est de main­tenir votre parte­naire le plus longtemps pos­si­ble à la lim­ite de l’orgasme. Pour le « tease and denial », cela con­siste à exciter sex­uelle­ment votre parte­naire et à lui refuser son orgasme. Autrement dis, l’objectif en com­bi­nant les deux sera d’exciter votre mec au plus haut point, pour aus­si longtemps qu’il peut le sup­port­er et de lui refuser son orgasme. La chose impor­tante à retenir est que vous ne devez pas le laiss­er jouir tant que vous ne l’avez pas décider, et peut importe à quel point il vous sup­plie de le laiss­er éjac­uler.

Après cette ses­sion intense de « tease and denial », qui peut être menée sur plusieurs jours, offrez-lui un orgasme ruiné. Il va cer­taine­ment décharg­er une belle quan­tité de sperme, il lui restera ce sen­ti­ment ambigu « d’inachevé », il en voudra plus. Imag­inez les sen­sa­tions extrêmes et con­tra­dic­toires de plaisir qui vont se mêler entre elles, alors que tous son corps est con­di­tion­né à vivre un orgasme ful­gu­rant. Vous allez met­tre un joyeux bor­del dans sa tête ! Et comme l’orgasme ruiné à l’avantage de ne pas faire redescen­dre son exci­ta­tion vous pou­vez décider de con­tin­uer votre ses­sion de « tease and denial » ou d’attendre le lende­main pour redé­mar­rer une nou­velle ses­sion qui com­mencera déjà à un niveau élevé d’excitation.

L’orgasme ruiné et la chasteté masculine

Dans un cou­ple pra­ti­quant la chasteté mas­cu­line, le « tease and denial », l’« edg­ing » et les orgasmes ruinés s’accordent à mer­veille.

Dans notre cou­ple, nous pra­tiquons la chasteté mas­cu­line et le con­trôle des orgasmes mas­culin. Cela sig­ni­fie que mon com­pagnon m’a remis le con­trôle total de ses orgasmes et que sa bite est enfer­mée en per­ma­nence dans une cage de chasteté dont je suis la seule à garder et gér­er la clé. À ce jeu, les règles sont sim­ples : c’est moi et unique­ment moi qui décide quand, com­ment, où, et même, s’il va avoir un orgasme ou s’il peut ban­der.

Je lui per­me­ts, rarement, d’avoir des orgasmes « clas­siques », mais à chaque fois c’est selon mes con­di­tions. Lorsque je veux qu’il ait un orgasme « clas­sique », je lui en donne un. Il ne sait jamais ce que je prévois de faire : retir­er sa cage de chasteté, le taquin­er et lui refuser son orgasme, lui don­ner un (des) orgasme ruiné, pra­ti­quer le numb­ing… jusqu’à ce que je le fasse réelle­ment.

Ain­si, chaque fois que je lui accorde une libéra­tion et qu’il atteint le point de non-retour, il éprou­ve un déli­cieux éclair d’incertitude — un moment de faib­lesse docile et de red­di­tion — parce que son réflexe involon­taire mas­culin le plus élé­men­taire est main­tenant sous mon con­trôle com­plet. Je peux choisir de le « finir ». Ou je peux choisir de le « ruin­er » ou sim­ple­ment de lui refuser son orgasme et de le remet­tre en cage. Il m’offre ce choix, volon­taire­ment, affectueuse­ment, chaque fois. C’est sa let­tre d’amour qu’il me donne — le plus grand cadeau qu’il est physique­ment capa­ble d’offrir — et je le chéris. Je le respecte. Je le reçois avec un grand amour. Et il fait de moi une femme plus con­fi­ante plus sat­is­faite, plus heureuse. Cela rend notre rela­tion plus forte et j’adore cela.

877 vues

J’encourage forte­ment tous les cou­ples — que ce soient des cou­ples qui jouent avec l’« edg­ing », les taquiner­ies, le refus d’orgasme, la chasteté mas­cu­line ou bien des cou­ples totale­ment novices avec ses pra­tiques — a essay­er l’ orgasme ruiné. Appren­drez-Le. Maîtrisez-le. Et ajoutez-le à votre arse­nal de plaisirs. Vous allez me remerci­er !

Pour finir, je remer­cie mon com­pagnon d’avoir écumé tum­blr, à ma demande, pour me fournir de mer­veilleux GIF et vidéos d’orgasmes ruinés pour illus­tr­er ce bil­let. Je peux seule­ment imag­in­er à quel point cela a été déli­cieuse­ment frus­trant de par­courir les innom­brables blogs, pour trou­ver les images ou les vidéos d’hommes obtenant des orgasmes ruinés — alors qu’il était ver­rouil­lé dans sa cage de chasteté depuis six semaines sans avoir obtenu un seul orgasme « com­plet ». Je l’ai récom­pen­sé avec une longue ses­sion de taquiner­ie qu’il n’ait jamais con­nu et qui s’est ter­minée par un dégorge­ment (six orgasmes ruinés suc­ces­sifs avant d’arriver à l’orgasme ruiné sec), suivi d’une remise en cage immé­di­ate. Le pau­vre homme s’est totale­ment lais­sée aller dans mes mains. Il était mag­nifique !

Juste un dernier mot, j’avoue qu’il m’a fal­lu beau­coup de temps pour maîtris­er par­faite­ment la tech­nique de l’ orgasme ruiné et l’ajouter à notre pan­el de jeu, mais sincère­ment nous sommes heureux que j’y sois par­v­enue.

1
2
3
4
5
Morgane
C’est mon petit-ami qui m’a fait découvrir la chasteté masculine lors de ma première année d’université, depuis j’en suis tombée amoureuse <3

Le jeu de la chasteté, et les choses qu’il me permet de faire aux garçons *ahem*, je veux dire avec les hommes est si érotiquement excitant pour moi. La chasteté masculine sous contrôle féminin, j’y pense, j’en rêve et je le fais tout le temps, c’est une véritable obsession :D

3 Commentaires

  1. Bon­jour,
    Récem­ment, mon mec m’a dit qu’il aimerait que je lui ruine son orgasme. Je n’ai aucune expéri­ence avec ça. Nous en avons dis­cuté ensem­ble, regardé des vidéos et cher­chés sur inter­net des infos, notam­ment votre guide. Je dois avouer que l’idée m’excite beau­coup. Nous avons essayé déjà plusieurs fois, mais ça n’a pas fonc­tion­né. Après qu’il soit venu, il perd son érec­tion et tout intérêt au sexe.
    Donc, ma ques­tion est avez vous des con­seils, des astuces, des sug­ges­tions de tech­nique ?

    • Char­lotte, le secret pour réus­sir est le tim­ing. Vous devez absol­u­ment arrêter toute stim­u­la­tion sur son pénis juste avant l’instant de non-retour. Le plus com­pliqué est d’identifier pré­cisé­ment ce moment. Prenez-votre temps, apprenez à recon­naitre les signes annon­ci­a­teur. Deman­dez-lui de vous le dire. Observez ses expres­sions faciales, sa res­pi­ra­tion, les mou­ve­ments de son corps. Jetez un oeil sur ses boules, c’est un bon indi­ca­teur car elle remon­tent avant une éjac­u­la­tion. Dès le moin­dre soupçon arrêtez tout et atten­dez.
      Amélie.

    • Char­lotte, je con­seille la tech­nique du squelch­ing. C’est une méth­ode que je trou­ve par­ti­c­ulière­ment adap­tée pour les débu­tantes.
      Et n’ou­bliez pas, c’est en forgeant que l’on devient forg­eron. C’est en tes­tant, en obser­vant et en analysant que vous obtien­drez le résul­tat escomp­té.