Les orgasmes ruinés et les « tease and denial »

Les couples pratiquant les jeux de « edging » ou de « Tease and Denial » peuvent parfaitement mettre en œuvre la technique de l’orgasme ruiné dans leur relation.

L’art de l’« edging » est de maintenir votre partenaire le plus longtemps possible à la limite de l’orgasme. Pour le « tease and denial », cela consiste à exciter sexuellement votre partenaire et à lui refuser son orgasme. Autrement dis, l’objectif en combinant les deux sera d’exciter votre mec au plus haut point, pour aussi longtemps qu’il peut le supporter et de lui refuser son orgasme. La chose importante à retenir est que vous ne devez pas le laisser jouir tant que vous ne l’avez pas décider, et peut importe à quel point il vous supplie de le laisser éjaculer.

Après cette session intense de « tease and denial », qui peut être menée sur plusieurs jours, offrez-lui un orgasme ruiné. Il va certainement décharger une belle quantité de sperme, il lui restera ce sentiment ambigu « d’inachevé », il en voudra plus. Imaginez les sensations extrêmes et contradictoires de plaisir qui vont se mêler entre elles, alors que tous son corps est conditionné à vivre un orgasme fulgurant. Vous allez mettre un joyeux bordel dans sa tête ! Et comme l’orgasme ruiné à l’avantage de ne pas faire redescendre son excitation vous pouvez décider de continuer votre session de « tease and denial » ou d’attendre le lendemain pour redémarrer une nouvelle session qui commencera déjà à un niveau élevé d’excitation.

L’orgasme ruiné et la chasteté masculine

Dans un couple pratiquant la chasteté masculine, le « tease and denial », l’« edging » et les orgasmes ruinés s’accordent à merveille.

Dans notre couple, nous pratiquons la chasteté masculine et le contrôle des orgasmes masculin. Cela signifie que mon compagnon m’a remis le contrôle total de ses orgasmes et que sa bite est enfermée en permanence dans une cage de chasteté dont je suis la seule à garder et gérer la clé. À ce jeu, les règles sont simples : c’est moi et uniquement moi qui décide quand, comment, où, et même, s’il va avoir un orgasme ou s’il peut bander.

Je lui permets, rarement, d’avoir des orgasmes « classiques », mais à chaque fois c’est selon mes conditions. Lorsque je veux qu’il ait un orgasme « classique », je lui en donne un. Il ne sait jamais ce que je prévois de faire : retirer sa cage de chasteté, le taquiner et lui refuser son orgasme, lui donner un (des) orgasme ruiné, pratiquer le numbing… jusqu’à ce que je le fasse réellement.

Ainsi, chaque fois que je lui accorde une libération et qu’il atteint le point de non-retour, il éprouve un délicieux éclair d’incertitude — un moment de faiblesse docile et de reddition — parce que son réflexe involontaire masculin le plus élémentaire est maintenant sous mon contrôle complet. Je peux choisir de le « finir ». Ou je peux choisir de le « ruiner » ou simplement de lui refuser son orgasme et de le remettre en cage. Il m’offre ce choix, volontairement, affectueusement, chaque fois. C’est sa lettre d’amour qu’il me donne — le plus grand cadeau qu’il est physiquement capable d’offrir — et je le chéris. Je le respecte. Je le reçois avec un grand amour. Et il fait de moi une femme plus confiante plus satisfaite, plus heureuse. Cela rend notre relation plus forte et j’adore cela.

317 vues

J’encourage fortement tous les couples — que ce soient des couples qui jouent avec l’« edging », les taquineries, le refus d’orgasme, la chasteté masculine ou bien des couples totalement novices avec ses pratiques — a essayer l’ orgasme ruiné. Apprendrez-Le. Maîtrisez-le. Et ajoutez-le à votre arsenal de plaisirs. Vous allez me remercier !

Pour finir, je remercie mon compagnon d’avoir écumé tumblr, à ma demande, pour me fournir de merveilleux GIF et vidéos d’orgasmes ruinés pour illustrer ce billet. Je peux seulement imaginer à quel point cela a été délicieusement frustrant de parcourir les innombrables blogs, pour trouver les images ou les vidéos d’hommes obtenant des orgasmes ruinés — alors qu’il était verrouillé dans sa cage de chasteté depuis six semaines sans avoir obtenu un seul orgasme « complet ». Je l’ai récompensé avec une longue session de taquinerie qu’il n’ait jamais connu et qui s’est terminée par un dégorgement (six orgasmes ruinés successifs avant d’arriver à l’orgasme ruiné sec), suivi d’une remise en cage immédiate. Le pauvre homme s’est totalement laissée aller dans mes mains. Il était magnifique !

Juste un dernier mot, j’avoue qu’il m’a fallu beaucoup de temps pour maîtriser parfaitement la technique de l’ orgasme ruiné et l’ajouter à notre panel de jeu, mais sincèrement nous sommes heureux que j’y sois parvenue.

3 Commentaires

  1. Bonjour,
    Récemment, mon mec m’a dit qu’il aimerait que je lui ruine son orgasme. Je n’ai aucune expérience avec ça. Nous en avons discuté ensemble, regardé des vidéos et cherchés sur internet des infos, notamment votre guide. Je dois avouer que l’idée m’excite beaucoup. Nous avons essayé déjà plusieurs fois, mais ça n’a pas fonctionné. Après qu’il soit venu, il perd son érection et tout intérêt au sexe.
    Donc, ma question est avez vous des conseils, des astuces, des suggestions de technique ?

    • Charlotte, le secret pour réussir est le timing. Vous devez absolument arrêter toute stimulation sur son pénis juste avant l’instant de non-retour. Le plus compliqué est d’identifier précisément ce moment. Prenez-votre temps, apprenez à reconnaitre les signes annonciateur. Demandez-lui de vous le dire. Observez ses expressions faciales, sa respiration, les mouvements de son corps. Jetez un oeil sur ses boules, c’est un bon indicateur car elle remontent avant une éjaculation. Dès le moindre soupçon arrêtez tout et attendez.
      Amélie.