Marc nous écrit, dans un mél. :

Bravo pour votre site, la découverte de vos conseils m’a séduit.
Néanmoins, je trouve vos conseils un peu courts.

En clair, quand elle dit “Je t’ai déjà dit 10 fois de ne pas insister avec ce truc ! Je n’irai pas voir tes bêtises sur internet !”, vous ne préconisez plus que le renoncement ou le divorce.

N’y a-t-il pas un moyen de la convaincre petit à petit, jour après jour ? Quelque chose qui l’amènerait progressivement à reconsidérer son refus ?

Je pense que Marc fait référence à cet article : Si la chasteté masculine n’intéresse pas votre compagne.

Il y a deux choses dans le refus de votre compagne :

Un problème de forme : Elle ne veut pas aller chercher des informations sur le sujet sur internet.

Aller sur votre moteur de recherche préféré, par exemple ECOSIA, puis taper « Chasteté masculine » dans la barre d’exploration. En fonction de votre outil, vous obtiendrez entre cent et six cent mille résultats sur le sujet. Dans les premiers scores, vous trouverez pêle-mêle : des pages orientés vers la domination ou la « suprématie féminine », ceux bourrés de publicités. Passons sur les sites dont leur seule vocation est de s’intéresser à votre porte-feuille : les sex-shops en ligne.

Dans le lot vous trouverez un réseau (site, blog, forum, livre) qui, à priori, pourrait éveiller l’intérêt de votre partenaire vis-à-vis de la chasteté masculine. Avec ses titres rassurant « le forum de la chasteté masculine non SM » ; les déclarations de l’auteure « Je ne suis pas une dominatrice. […] [Ni] une sadique ni même une perverse. Je suis une épouse parfaitement “normale” […] » ; vous pensez avoir enfin trouvé une source d’information exploitable.

Rapidement, vous vous rendrez compte que vous êtes à mille lieux d’un jeu érotique. Vous avez à faire face à une propagande qui instille une idéologie féministe radicale : la gynarchie.

L’image de la chasteté masculine donnée par internet peut se résumer à un mélange de pornographie et de fantasmes de domination féminine, voire de gynarchie. Sur la forme, il est compréhensible que votre compagne ne soit pas forcément intéressée par la lecture de ces élucubrations. Et, c’est d’autant plus dommage que vous n’est pas non plus intéressé par cette vision de la chasteté.

En fait, le pire que vous puissiez lui demander est d’aller chercher de l’information sur internet. Le pire qui puisse vous arriver est qu’elle le fasse. Découvrant un monde pornographique où les hommes se déguisent en servantes. Un monde dans lequel les femmes ne sont heureuses qu’en couchant avec des noirs bien battit pendant que leurs partenaires les regardent, le sexe enfermé dans une cage de quatre centimètres de long.

Êtes-vous certain que c’est bien la vision que vous voulez qu’elle découvre de la chasteté masculine et du déni d’orgasme masculin ?

Un problème de fond : Elle n’est pas intéressée par le principe de la chasteté masculine.

Sur le fond, puisqu’elle n’est pas intéressée par le sujet, le mieux que vous pouvez faire est tout simplement de lui montrer ce que vous voulez par l’exemple. Faites-lui l’amour, mais ne jouissez pas. Cela va immanquablement l’étonner au début, elle ne va pas bien comprendre. En le faisant plusieurs fois vous allez certainement attiser sa curiosité. Il se peut même qu’elle ressente rapidement les effets positifs, car ils sont indéniables.

Bien sûr, tout le principe du déni d’orgasme est que le choix revienne à votre partenaire et non à vous. Il est très difficile d’avoir la volonté de ne pas jouir, de le décider seul. Vous pouvez tout simplement le lui demander avant : « J’ai envie de te faire l’amour, j’ai envie de te faire jouir, mais je n’ai pas envie de jouir. Je voudrais que tu refuses de me faire jouir ce soir ! » Vous verrez qu’une envie exprimée aussi clairement a peu de chance d’essuyer un refus. Elle ne va peut-être pas bien comprendre votre demande. Mais si vous l’exprimez clairement, elle va la suivre comme elle a pu suivre d’autres demandes dans le passé.

Le reste n’est plus qu’une question d’habitude. À force de lui demander de ne pas vous laisser jouir, elle va finir par le décider toute seule. Elle s’intéressera au sujet le plus naturellement du monde, comme elle s’est intéressée à d’autres sujets, juste parce qu’ils vous tenaient à cœur.

1 COMMENTAIRE

  1. Ma femme ne voulait pas entendre parler de cage de chasteté que c’était une dépense totalement inutile et que j’avais déjà assez de problèmes d’érections et qu’elle ne voyait pas l’utilité de mettre une bite molle en cage, alors avec une amie nous nous sommes arrangés pour qu’elle nous surprennent tout les deux allongés sur le lit entrain de jouer a la PS4, elle nous a fait une super crise de jalousie bien que nous ne faisions pas l’amour, résultat de ma petite ruse, trois jours après elle a reçu un petit paquet de la poste et lorsqu’elle l’a ouvert elle a eu un grand sourire et m’a aussitôt ordonné de me raser tous les poils du sexe sur un ton qui ne laisse pas de place au dialogue pour me mettre une cage de chasteté trop petite pour mes couilles, mais un peu grande pour ma petite bite et elle m’a donné deux grandes gifles puis elle m’a dit :

    « maintenant c’est fini de tripoter mes copines et je vais t’apprendre a me respecter espèce de bite molle, tu vas commencer par me faire le ménage et la lessive et repasser le linge sans oublier de me préparer a manger et arrange-toi pour que ce soit bon sinon ta bite va pourrir en cage et je t’interdis de contester mes ordres ou de dire un seul mot sans mon autorisation à partir d’aujourd’hui, et comme tu vas le constater tu sera dans l’incapacité d’avoir des érections et c’est ce que tu souhaitais par conséquent un homme qui ne peut pas remplir son devoir conjugal a l’obligation de se trouver un remplaçant, donc tu vas téléphoner a ton ami Paul le beau célibataire et tu lui diras que ta femme a très envie de le rencontrer ce soir, j’espère que ta cage va te plaire énormément, car je ne suis pas prête de te l’enlever tout de suite. »