Générale­ment, la chasteté mas­cu­line est avant tout un fan­tasme pure­ment mas­culin. Ain­si, c’est sou­vent l’homme dans le cou­ple qui va décou­vrir et s’intéresser à ce concept. 

Par­fois, cette décou­verte peut dur­er des années avant de décider d’en par­ler à sa com­pagne et de met­tre en pra­tique le déni d’orgasme. Aban­don­ner sa lib­erté de jouir à l’autre n’est pas une démarche aisée. Il faut au con­traire beau­coup de courage et de volonté. 

Puis vient le moment où l’homme va désir­er partager son fan­tasme avec sa com­pagne, car le fan­tasme de la chasteté mas­cu­line et du déni d’orgasme a ceci de par­ti­c­uli­er qu’il vaut mieux être deux pour le réalis­er. La meilleure façon de partager son fan­tasme est tout sim­ple­ment d’en… parler. 

Messieurs, introduisez la chasteté masculine dans votre relation

Messieurs, vous qui souhaitez décou­vrir les délices du déni d’orgasmes sachez que si vous ne lui en par­lez pas votre com­pagne n’a pas la moin­dre idée de ce qui se passe dans votre tête. Vous devez même exprimer très claire­ment vos envies. Dire que vous voulez pra­ti­quer la chasteté mas­cu­line n’est pas suff­isant en soit, il faut égale­ment lui dire ce que vous enten­dez par là, ce qui peut se résumer à : « Com­bi­en de temps voulez-vous entre deux orgasmes ? ». 

Les Tease & Denial ou l’excitation et le refus d’orgasme deviennent des scènes attendu une fois que le concept de la chasteté masculine est introduite dans le couple
Scène ordi­naire de « Tease and Denial », madame excite mon­sieur avec ce qu’il désire, mais qui lui est refusé.

Si vous pensez qu’un orgasme par semaine est déjà dif­fi­cile à tenir, mais reste un objec­tif réal­is­able. Dites-le ! En toutes let­tres, écrivez-le s’il le faut avant de le dire : « je souhaite que nous pra­tiquions le déni d’orgasme et que je ne puisse pas jouir plus d’une fois par semaine ». 

N’oubliez pas que votre com­pagne n’a pas la moin­dre idée de quoi vous par­ler. Il est prob­a­ble qu’au début elle ne s’intéresse que fort peu à la ques­tion. Aus­si il va fal­loir aller douce­ment, faire preuve de beau­coup de patience et de volon­té pour lui mon­tr­er la voie. 

Pour en par­ler, vous pour­rez béné­fici­er d’un moment priv­ilégié. Un repas en amoureux, une longue prom­e­nade dans la cam­pagne ou bien lors d’un jeu éro­tique, dans ces jeux où l’on se dit ou s’écrit des vérités ou des fan­tasmes. Les pos­si­bil­ités sont nom­breuses et dépen­dent des habi­tudes de chaque cou­ple. N’oubliez pas que la chasteté mas­cu­line est un jeu sex­uel qui se passe dans le cou­ple ; c’est un jeu à pra­ti­quer sérieuse­ment, mais cela ne reste qu’un jeu. 

Guidez-la

Au début, vous devrez lui mon­tr­er où et com­ment s’arrêter pen­dant l’acte sex­uel. Il vous fau­dra avoir la volon­té de ne pas jouir de vous même, afin de lui démon­tr­er que cela est pos­si­ble. Elle aura besoin d’un moment pour com­pren­dre les mécan­ismes du déni d’orgasmes. Aus­si, il est même pos­si­ble qu’elle y résiste ou qu’elle s’inquiète pour votre san­té. Notre cul­ture est ain­si faite que les rela­tions sex­uelles sont basées sur la jouis­sance mas­cu­line, il va lui fal­loir un moment avant de com­pren­dre que dans votre cou­ple, ce n’est plus le cas. 

Elle aura besoin d’un moment pour com­pren­dre les mécan­ismes du déni d’orgasmes. Aus­si, il est même pos­si­ble qu’elle y résiste ou qu’elle s’inquiète pour votre santé. 

Au bout d’un moment, l’habitude aidant, votre com­pagne va pren­dre les choses en main petit à petit. 

Mais prenez garde ! Vos souhaits risquent de se réalis­er.