Nous ne revien­drons pas sur la pop­u­lar­i­sa­tion de la chasteté mas­cu­line, qui est aujourd’hui acces­si­ble à tous les cou­ples. Quelles que soient leurs sit­u­a­tions (mar­iés, con­cu­bi­nage…), leurs ten­dances sex­uelles (vanille, BDSM) ou encore leurs expéri­ences de la vie. Nous n’aborderons pas les béné­fices qu’apporte la chasteté mas­cu­line et les raisons qui poussent de plus en plus de cou­ples à s’y intéress­er. Cepen­dant, les plaisirs de la chasteté mas­cu­line sont-ils réservés aux seuls hommes en cou­ples ? Une ques­tion à laque­lle de bien­faisantes Key­hold­er sen­si­ble à la détresse de ces hommes délais­sés, appor­tent une solu­tion. Le Key­hold­ing virtuel ou la Key­hold­er en ligne. Soit, pour ces messieurs céli­bataires, la pos­si­bil­ité de trou­ver enfin la gar­di­enne de leur cage de chasteté ! 

Bonjour, j’aimerai porter ma ceinture de chasteté pour une Femme.
Madame Electra, Estelle, X, Y ou Z serait elle d’accord ?

C’est ce genre de pour­riel que nous recevons qui à motivé la rédac­tion de ce bil­let.

Nous refusons catégoriquement d’être votre Keyholder

Tout d’abord, nous tenions à remerci­er les lecteurs de ce site. Nous recevons beau­coup de mes­sages : des félic­i­ta­tions et des encour­age­ments qui nous vont droit au cœur. Cepen­dant, la recrude­s­cence de cer­tains mes­sages retient notre atten­tion. Non parce qu’ils nous font par­ti­c­ulière­ment plaisir, mais parce qu’ils ne cor­re­spon­dent pas avec la vision que nous avons de la chasteté masculine. 

Non ! Nous ne pro­posons pas — et ne pro­poseront jamais — ce genre de ser­vice. Cela ne nous intéresse pas et ce n’est pas l’objectif de notre site.

Et quand bien même, nous pro­pose­ri­ons ce ser­vice, quel serait notre moti­va­tion ? Être des Key­hold­ers pro­fes­sion­nelles ? Garder, con­tre rémunéra­tion, la clé de la cage de chasteté de par­faits incon­nus ? Vous nous prenez pour qui ? [1]

Notre vision de la chasteté masculine au sein du couple

Ce qui intéresse tout homme qui pra­tique la chasteté mas­cu­line est la notion de déni d’orgasme. Le déni d’orgasme implique au moins deux prérequis : 

▪ Il faut dénier l’orgasme lors d’une rela­tion sex­uelle, c’est-à-dire que le déni d’orgasme se pra­tique que lorsqu’il y a un orgasme à dénier, à un moment où il y aurait un orgasme pour toute autre per­son­ne dans une rela­tion non basée sur la chasteté mas­cu­line : vers la fin de l’acte sexuel. 

▪ Il faut con­trôler les orgasmes. C’est-à-dire que le choix pour l’homme d’avoir ou non un orgasme ne lui revient en aucun cas, il revient à sa partenaire. 

Cela revient à une vérité toute bête, la chasteté mas­cu­line se pra­tique dans le cou­ple et elle se pra­tique à deux. 

Dît autrement, la chasteté mas­cu­line se pra­tique sur une base saine, dans un cou­ple qui a trou­vé un équili­bre sur le plan sex­uel et qui veut amélior­er encore cet équili­bre. Nous ne sauri­ons que trop vous con­seiller de faire les choses dans l’ordre et avant tout de trou­ver un parte­naire avec lequel vous souhaitez con­stru­ire cette base saine. 

  1. Lire : Petit cours de séman­tique par Estelle Perge-Prost