L’essence même de la chasteté mas­cu­line au sein du cou­ple est le con­trôle et le refus des orgasmes de l’homme par sa parte­naire. C’est avant tous un jeu d’esprit. Cepen­dant, comme de nom­breux cou­ples vous avez (ou fer­ez) peut-être le choix de pra­ti­quer avec le recours d’un dis­posi­tif de chasteté. C’est un excel­lent choix. Cer­tains le ver­ront comme une con­trainte ou comme un objet de soumis­sion. Voyez-le, plutôt, comme un acces­soire qui apporte une aide pré­cieuse à l’homme dans le con­trôle de ses pul­sions et dans le but de prévenir qu’il se donne lui-même un orgasme. De plus, rap­pelez-vous, que le dis­posi­tif de chasteté en lui-même est un rap­pel con­stant que sa sex­u­al­ité est entre les mains de la per­son­ne qui détient la clé (vous). À elle seule, c’est une excel­lente rai­son d’utiliser un dis­posi­tif de chasteté. Un autre avan­tage d’utiliser un dis­posi­tif de chasteté, qui con­fin­era son pénis et restrein­dra ses ten­ta­tives d’érections dans un espace lim­ité, sur votre homme est qu’il ajoutera à ce jeu d’esprit une dimen­sion physique. C’est un excel­lent moyen de matéri­alis­er le jeu et d’apporter une grande inten­sité.

La libération

Dans la pra­tique de la chasteté mas­cu­line au sein de votre cou­ple, en tant que Key­Hold­er, puisque vous êtes celle qui fix­er les règles vous devriez à un moment ou un autre définir la sig­ni­fi­ca­tion du terme « libéra­tion ». De nom­breux hommes, surtout après une péri­ode d’abstinence et de chasteté plus ou moins longues, asso­cie la libéra­tion au fait d’être autorisé à obtenir un orgasme. Hors, la libéra­tion ne veux pas néces­saire­ment dire orgasme. Pour clar­i­fi­er, une « libéra­tion » peut sig­ni­fi­er que vous l’autoriser avoir un orgasme. Vous pou­vez aus­si définir la « libéra­tion » par le retrait du dis­posi­tif de chasteté. Ce qu’il fait, ou plus exacte­ment ce que lui per­me­t­tez de faire, reste votre déci­sion. Par exem­ple, vous pou­vez lui retir­er son dis­posi­tif de chasteté pour que vous puissiez jouer avec ses organes géni­taux ou éventuelle­ment vous pou­vez aus­si lui autoris­er une péri­ode (une heure, un jour, ou même une semaine) sans son dis­posi­tif de chasteté.

Dans la pratique

Cer­tains cou­ples définis­sent ensem­ble la sig­ni­fi­ca­tion des ter­mes, par exem­ple « une libéra­tion » pour sig­ni­fi­er que le dis­posi­tif de chasteté sera retir­er et « une éva­sion » pour sig­ni­fi­er qu’il sera autorisé à jouir. D’autres, au con­traire prof­ite de l’ambiguïté du terme dans leur pra­tique, vous pou­vez par exem­ple lui promet­tre une libéra­tion au bout de quelques jours et vous con­tentez de lui retir­er son dis­posi­tif pour le taquin­er sans lui don­ner un orgasme. L’essentiel est que le terme « libéra­tion » soit claire­ment défi­ni dans l’esprit de la Key­Hold­er lorsqu’elle l’emploi.
1,298 vues

Dans cette vidéo après l’avoir taquiné avec sa langue alors qu’il est encagé, elle lui accorde une libéra­tion puis le mas­turbe pour lui offrir trois orgasmes ruinés (9’12 — 10’31 et 12’39). Après cette séance de tease and denial et d’or­gasmes ruinés il est temps de repos­er la cage de chasteté. Notez au pas­sage que l’an­neau de base est restée en place pen­dant toute la séance.

Source de la vidéo : Porn­hub — Pro­fil Porn­hub de Stenrich07

1 COMMENTAIRE