Depuis que le monde est monde, les rela­tions sex­uelles entre un homme et une femme ont été axées autour de la jouis­sance de l’homme. C’est à ce moment exact que l’homme éjac­ule la semence pour pro­créer. Ce qui rend le déni d’orgasme mas­culin si dif­fi­cile, c’est qu’il est pro­fondé­ment con­tre nature. Il va à l’encontre de nos instincts les plus basiques. Il rend l’acte sex­uel inutile et vain. Ne soyez pas choqué, n’importe quel moyen de con­tra­cep­tion rend l’acte sex­uel inutile et vain… du point de vue de la repro­duc­tion. La seule dif­férence entre la con­tra­cep­tion et le déni d’orgasme, c’est que dans le sec­ond cas, votre corps le sait.

Elle doit apprendre à vous dire « Non ! »

Savoir dire non
Le refus doit être ferme et caté­gorique

Tout cela rend par­ti­c­ulière­ment fort le moment où après avoir elle-même eu sa part de plaisir, votre com­pagne vous refuse votre pro­pre orgasme. Votre corps entier désire la libéra­tion de l’éjaculation, vous recevez des sig­naux très forts, ils sur­char­gent vos émo­tions. Vous sen­tez bien que « Non ! » ne peut pas être une réponse qu’il y a force­ment une autre option.

Et pour­tant, il n’y a pas d’autre option. Vous en avez par­lé, vous avez fan­tas­mé dessus, vous ne cessez d’y penser. Tout votre con­scient désire ce déni d’orgasme. Vous savez que l’instant est venu.

Avant tout, gardez votre calme. Ce n’est pas le moment de vous laiss­er emporter par vos émo­tions, de vous met­tre en colère. Vous l’avez voulu, vous l’avez eu. Ne vous en prenez pas à votre com­pagne, elle n’y est pour rien. Elle ne fait que vous don­ner ce que vous désirez depuis si longtemps.

Au con­traire, si c’est la pre­mière fois que vous pra­tiquez le déni d’orgasme. Votre com­pagne est sans doute aus­si stressée que vous. C’est une sit­u­a­tion nou­velle autant pour elle que pour vous. Elle se sou­vient des fois où ne pas pou­voir faire l’amour vous avait mis de mau­vaise humeur et elle a peur que votre réac­tion puisse être néga­tive.

Acceptez qu’elle vous dise « Non ! »

C’est le moment de se pli­er à sa volon­té, de lui mon­tr­er qu’elle a rai­son de vous refuser cet orgasme. C’est main­tenant qu’il faut la ras­sur­er, accepter votre sort et ne pas lui met­tre de pres­sion. Pensez qu’il serait stu­pide de tout gâch­er main­tenant que vous réalisez un de vos fan­tasmes les plus fous.

Lais­sez retomber la ten­sion. Pensez à autre chose. Prenez un livre, regardez un film. Votre cerveau pense au sexe lorsqu’il s’ennuie, si vous l’occupez, la ten­sion sex­uelle va retomber d’elle même. Dans quelques heures vous serez heureux de ne pas avoir eu cet orgasme. Vous en serez fier. Vous penserez à autre chose.

La pre­mière fois est la plus dif­fi­cile, mais c’est aus­si la plus déli­cieuse. Vous chercherez, les fois suiv­antes, à repro­duire cet immense sen­ti­ment de frus­tra­tion qui vous a tor­turé.