S’il y a une rai­son pour laque­lle un homme désire que vous déci­diez du moment où il pour­ra avoir un orgasme, c’est parce qu’il est bien inca­pable de le décider tout seul.

Il veut que vous lui disiez « Non ! » Mais sur le moment, juste après avoir fait l’amour, il prend sa tête la plus dés­espérée et tente tout pour que vous le laissiez venir… au moins cette fois.

Pour­tant, il faut que vous disiez « Non ! » C’est même tout le principe du déni d’orgasme mas­culin. Il le sait, vous le savez, nous le savons.

« C’est dan­gereux, une fois qu’on a com­mencé, il faut finir ! »

Non ! Ça ne l’est pas. Vous pou­vez l’emmener aus­si près de l’orgasme que vous voulez, le faire presque jouir puis finale­ment lui refuser. Le faire autant de fois que vous le voulez dans la nuit puis finale­ment encore lui refuser un orgasme qu’il ne court pas le plus petit dan­ger.

Vous pou­vez ne pas le laiss­er avoir son orgasme toute la semaine, plusieurs semaines, un mois entier qu’il ne court tou­jours aucun dan­ger. De toute façon, votre refus n’est pas une sur­prise. Il s’est déjà ren­seigné sur le sujet, il sait déjà qu’il va faire face à ce genre de sit­u­a­tion et qu’elles ne sont pas dan­gereuses.

Refuser son orgasme et jouer le jeu

Amusez-vous de son dés­espoir ! En fait, il n’attend que cela. Cette sen­sa­tion inde­scriptible d’être au bord de quelque chose de grand, mais de ne pou­voir l’atteindre. Il l’a lu ici et là sur l’Internet, dans les forums. Il a fan­tas­mé dessus. Voilà, il y est ! Cette sen­sa­tion, il peut enfin la vivre. Vous ne voudriez quand même pas tout gâch­er main­tenant en le lais­sant avoir un orgasme. Tout ça parce qu’il vous regarde avec ses yeux de chiens bat­tus et vous sort des argu­ments erronés.

Vous ver­rez que quelques heures plus tard, il vous remerciera de votre volon­té de fer. Volon­té qu’il con­fon­dra plus ou moins avec la sienne. Vous pour­rez alors affich­er ce petit sourire, vous avez réus­si votre entrée dans le monde de la chasteté mas­cu­line.

La seule chose à laque­lle il faut faire atten­tion, c’est que la cein­ture de chasteté qu’il porte ne restreint pas de façon trop bru­tale ses érec­tions et qu’il n’y a pas d’œdème. Auquel cas, il suf­fit de le libér­er de la cein­ture de chasteté, le temps qu’il se calme et que son érec­tion retombe.

Si mal­gré votre refus, il veut absol­u­ment avoir un orgasme. Parce qu’il n’a pas la volon­té de suiv­re votre volon­té, parce qu’il ne se sent pas bien… lais­sez-le se mas­turber seul. Sortez de la pièce et deman­dez-lui de se débrouiller seul. Mar­quant ain­si votre dés­ap­pro­ba­tion, il y a de fortes chances qu’il accepte son sort avec une meilleure volon­té la prochaine fois.