Saint-Étienne  •  Élodie 32 ans  •  Peter 34 ans.
Marié depuis 4 ans  •  En couple depuis 14 ans

Le numbing, une technique de contrôle de l’orgasme masculin que j’utilise parfois lorsque mon mec, après une longue période d’enfermement dans sa cage de chasteté, m’implore de le libérer.

Je lui attache les mains et les pieds au lit, je lui pose un bandeau sur les yeux. Je l’embrasse et je commence à jouer avec ses tétons. Il est excité, je vois son sexe gonflé qui tente de forcer sa petite prison de métal. Je descends le long de son torse et j’arrive à son sexe encagé.

J’ouvre sa cage de chasteté, je lui retire le tube, sa bite se déploie. Il a déjà une belle érection. Je laisse en place l’anneau de base de la cage, il servira pour plus tard.

Je commence à le branler, son érection atteint rapidement son apogée et elle est amplifiée par l’anneau de sa cage de chasteté qui joue le rôle de cockring. Je lui masse alors la queue avec une crème anesthésiante puis je la recouvre d’un préservatif. Je me positionne sur son visage pour qu’il me lèche, je suis excitée, je coule dans sa bouche. Après un petit moment, je lui détache les mains et les pieds. Il se positionne derrière moi pour me pénétrer, lentement, doucement et avec tendresse.

Cage de chasteté : BON4M

Puis d’un coup il accélère le mouvement, c’est le signe que le produit développe tout son effet ! C’est le moment de changer de position. J’aime regarder sa surprise dans ses yeux lorsqu’il voit sa bite rentrer en moi et qu’il ne sent plus rien. Je ne le quitte pas des yeux lorsqu’il me pilonne fortement à la recherche de sensations. À ce moment seuls les mouvements de va-et-vient lui permettent de se rendre compte qu’il me pénètre tellement sa queue est anesthésiée par la crème. Je jouis une première fois. Dans ses yeux la surprise fait maintenant place au désespoir. Profitant de sa fort belle érection, nous continuons à baiser. Je jouis une seconde fois.

Après mon troisième orgasme, je sens que mon mec est à plat. Je m’étonne faussement qu’il n’ait pas éjaculé. J’introduis alors mon doigt dans son cul et commence à lui masser la prostate. Après quelques instants de ce doux massage son sperme s’écoule sans force le long de sa bite pour atterrir sur mon ventre. Contrairement à d’habitude il ne s’écoule pas en un long filet discontinu, mais plutôt par paquet épais, un peu comme des grumeaux. Je suis impressionnée par la texture du sperme, par sa couleur blanche jaunâtre et par la quantité qu’il a lâché, au moins l’équivalent de 4 éjaculations.

Je le saisis par le cou et lui ordonne de nettoyer avec sa langue son gâchis.

Après avoir nettoyé tout son sperme, sa bite à droit un repos bien mérité. Je lui pose un sac de glace et lorsque l’oiseau à perdu de sa vigueur il retrouve sa petite cage d’acier.

1 COMMENTAIRE