Saint-Étienne  •  Élodie 32 ans  •  Peter 34 ans.
Marié depuis 4 ans  •  En couple depuis 14 ans

Le numb­ing, une tech­nique de con­trôle de l’orgasme mas­culin que j’utilise par­fois lorsque mon mec, après une longue péri­ode d’enfermement dans sa cage de chasteté, m’implore de le libér­er.

Je lui attache les mains et les pieds au lit, je lui pose un ban­deau sur les yeux. Je l’embrasse et je com­mence à jouer avec ses tétons. Il est excité, je vois son sexe gon­flé qui tente de forcer sa petite prison de métal. Je descends le long de son torse et j’arrive à son sexe encagé.

J’ouvre sa cage de chasteté, je lui retire le tube, sa bite se déploie. Il a déjà une belle érec­tion. Je laisse en place l’anneau de base de la cage, il servi­ra pour plus tard.

Je com­mence à le bran­ler, son érec­tion atteint rapi­de­ment son apogée et elle est ampli­fiée par l’anneau de sa cage de chasteté qui joue le rôle de cock­ring. Je lui masse alors la queue avec une crème anesthésiante puis je la recou­vre d’un préser­vatif. Je me posi­tionne sur son vis­age pour qu’il me lèche, je suis excitée, je coule dans sa bouche. Après un petit moment, je lui détache les mains et les pieds. Il se posi­tionne der­rière moi pour me pénétr­er, lente­ment, douce­ment et avec ten­dresse.

Puis d’un coup il accélère le mou­ve­ment, c’est le signe que le pro­duit développe tout son effet ! C’est le moment de chang­er de posi­tion. J’aime regarder sa sur­prise dans ses yeux lorsqu’il voit sa bite ren­tr­er en moi et qu’il ne sent plus rien. Je ne le quitte pas des yeux lorsqu’il me pilonne forte­ment à la recherche de sen­sa­tions. À ce moment seuls les mou­ve­ments de va-et-vient lui per­me­t­tent de se ren­dre compte qu’il me pénètre telle­ment sa queue est anesthésiée par la crème. Je jouis une pre­mière fois. Dans ses yeux la sur­prise fait main­tenant place au dés­espoir. Prof­i­tant de sa fort belle érec­tion, nous con­tin­uons à bais­er. Je jouis une sec­onde fois.

Après mon troisième orgasme, je sens que mon mec est à plat. Je m’étonne fausse­ment qu’il n’ait pas éjac­ulé. J’introduis alors mon doigt dans son cul et com­mence à lui mass­er la prostate. Après quelques instants de ce doux mas­sage son sperme s’écoule sans force le long de sa bite pour atter­rir sur mon ven­tre. Con­traire­ment à d’habitude il ne s’écoule pas en un long filet dis­con­tinu, mais plutôt par paquet épais, un peu comme des grumeaux. Je suis impres­sion­née par la tex­ture du sperme, par sa couleur blanche jaunâtre et par la quan­tité qu’il a lâché, au moins l’équivalent de 4 éjac­u­la­tions.

Je le sai­sis par le cou et lui ordonne de net­toy­er avec sa langue son gâchis.

Après avoir net­toyé tout son sperme, sa bite à droit un repos bien mérité. Je lui pose un sac de glace et lorsque l’oiseau à per­du de sa vigueur il retrou­ve sa petite cage d’acier.

Morgane
C’est mon petit-ami qui m’a fait découvrir la chasteté masculine lors de ma première année d’université, depuis j’en suis tombée amoureuse <3

Le jeu de la chasteté, et les choses qu’il me permet de faire aux garçons *ahem*, je veux dire avec les hommes est si érotiquement excitant pour moi. La chasteté masculine sous contrôle féminin, j’y pense, j’en rêve et je le fais tout le temps, c’est une véritable obsession :D

1 COMMENTAIRE