A l’occasion de la journée mondiale de l’orgasme, le 21 décembre, l’IFOP s’est intéressé à l’ orgasme féminin. Les conclusion de l’enquête soulignent des activités sexuelles trop « phallocentrées » et  « les difficultés d’accès des femmes à l’orgasme ».

Peut-on comparer la sexualité des femmes selon leur pays d’origine ? À cette question surprenant l’IFOP répond “OUI”1, sans hésitation. L’institut à interrogé 8061 femmes européennes et nord-américaines, représentatives de la population féminine âgée de 18 ans et plus. Et les résultats dévoilés sont riches d’enseignements, notamment car la France s’y distingue particulièrement.

Les difficultés à atteindre l’ orgasme féminin

orgasme féminin : 49 % des française déclarent avoir régulièrement du mal à l’atteindre
49 % des française déclare avoir régulièrement du mal à atteindre l’orgasme

L’enquête nous apprend que presque la moitié des Françaises (49 %) rencontre “assez régulièrement” des difficultés à jouir. Une française sur trois a un orgasme hebdomadaire, la plus faible fréquence observée dans le sondage. Un point rassurant, elles sont 93 % à répondre qu’elles ont déjà atteint l’orgasme avec leur partenaire actuel.

Simulation de l’ orgasme féminin

Ces difficultés à jouir poussent une majorité de femmes à simuler régulièrement l’orgasme avec leur partenaire. Elle sont 62 % a reconnaître avoir déjà simuler avec un partenaire. Parmi les femmes en couple 56 % admettent avoir déjà simuler avec leur partenaire actuel. L’institut de sondage met en évidence un problème de « franchise » au sein du couple.

Orgasme féminin et sexualité de couple

Si les Françaises en couple ont en général une sexualité plus épanoui que les célibataires. Cependant, elles semblent souffrir plus qu’ailleurs d’une certaines frustration lors de leurs ébats. C’est en France que la proportion de femmes ayant « souvent » joui avec un partenaire au cours de leur vie est la plus faible : 52%, soit un taux très en deçà de celui mesuré par exemple chez leurs voisines latines (69% en Italie, 67% en Espagne) ou américaines (ex : 64% aux États-Unis). Moins de la moitié des Françaises actuellement en couple (46%) jouissent au moins une fois par semaine. Soit nettement moins que les Néerlandaises (58%) ou les habitantes des pays du Sud de l’Europe ou du Nord de l’Amérique.

L’accès à l’ orgasme féminin freiné par une sexualité trop « phallocentré »

L’institut s’intéresse ensuite aux pratiques elles-mêmes et note une spécificité chez nous. Les françaises sont championne de la pénétration : 82 % la pratiquent “souvent”. Or, elles ne sont que 26 % a déclarées jouir “très facilement” grâce à une pénétration vaginale. Cherchez l’erreur… Dommage, surtout quand on constate que 77 % des femmes parvient “assez facilement” à jouir avec une double stimulation (vaginale et clitoridienne). Pourtant, elle ne sont qu’une sur trois à se caresser le clitoris durant la pénétration.

Résumer les relations à la pénétration vaginale est en définitive une façon de pérenniser la hiérarchie des rapports sexuels. La pénétration reste ce qui détermine le « vrai » rapport sexuel. Le reste n’étant au final qu’un concentré de préliminaires qui ne caractérise pas l’échange érotique.

Pourtant les couples sont les grands perdants de cette vision totalement  « phallocentré » du sexe et de l’ orgasme féminin. Les hommes semblent aujourd’hui parfaitement enclins à prendre en compte d’autre façons de jouir et de partager le plaisir. Le pénis n’est pas la formule magique pour l’orgasme féminin, les femmes peuvent jouir autrement.

Peu de masturbation, des difficultés avec le cunnilingus

Malgré être une pratique jugée efficace pour atteindre l’ orgasme féminin, la masturbation n’est pas fréquente. 54  % des françaises s’y adonnent “assez régulièrement”, contre près des trois quarts des Néerlandaises. Enfin, il semble qu’en France certaines pratiques, comme les caresses de la vulve avec la main, ou la bouche, procurent moins facilement d’orgasmes que dans les autres pays.

Et pourtant, ce n’est pas faute d’essayer. Puisque, paradoxe, c’est en France qu’on pratique le plus le cunnilingus. Selon le sondage 39 % des Françaises se font “souvent” lécher le sexe et pourtant c’est dans notre pays que cette caresse est la moins efficace. Seules 29 % des Françaises jouissent aisément de la sorte, soit le taux le plus faible de tous les pays étudiés. La technique des amants français serait-elle à remettre en cause, les femmes n’osent-elles pas les guider ou les deux ?

Qu’enseigne cette enquête ?

La sexualité des françaises est trop centré sur le phallus et la pénétration, au détriment des techniques offrant un accès à l’ orgasme féminin plus facile. On peut également noté un « classicisme » notoire dans les relations sexuelles et une forte réticente à une « inversion » des rôles. Ce constat fait ainsi écho à certaines thèses selon lesquelles « les positions adoptées s’inscrivent souvent dans des jeux mettant en scène une domination plus qu’une communication équilibrée » entre les sexes, les scripts fantasmes masculins n’étant pas toujours ajustés à des scénarios impliquant une certaine passivité masculine durant l’acte sexuel.

Ainsi, cette obstination à placer le « pénis tout-puissant » sur un piédestal dessert la qualité des rapports au sein du couple.

La communication, la clé de l’ orgasme féminin ?

Mon dernier commentaire sera sur la communication qui est essentielle dans le couple, en sexualité aussi. C’est à vous deux que vous découvrirez comment vous faire encore plus plaisir ! Par exemple, si vous simulez comment voulez-vous qu’il sache ce qui vous fait réellement plaisir ? Si vous n’osez pas demander, comment voulez-vous qu’il devine ?

La diversification du répertoire sexuel est une réalité, les nouvelles technologies, les accessoires coquins ou tout simplement votre imagination seront l’occasion d’explorer et de varier les plaisirs sexuels. Soyez audacieuse, curieuse, malicieuse et taquine. La plupart de nos partenaires ne reculent jamais devant une fantaisie érotique qui émane de leur compagne. D’ailleurs, beaucoup se plaignent du peu d’imagination érotique de leur partenaire.

Fiche technique

Étude Ifop pour CAM4 menée du 3 au 12 novembre 2015 par questionnaire auto-administré en ligne auprès d’un échantillon de femmes âgées de 18 à 69 ans, extrait d’un échantillon représentatif de la population féminine de 18 ans et plus résidant dans les pays suivants :

  • Italie : 1 007 femmes
  • Pays-Bas : 1 005 femmes
  • Espagne : 1 003 femmes
  • Royaume-Uni : 1 002 femmes
  • France : 1 003 femmes
  • États-Unis : 1 039 femmes
  • Allemagne : 1 002 femmes
  • Canada : 1 000 femmes

Dans chaque pays, l’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon dont la représentativité a été assurée par la méthode des quotas (âge, profession de la personne interrogée, état matrimonial légal) après stratification par région. Les données assurant la représentativité des résultats sont issues des données fournies par :

  • EU LFS 2011 (The European Union Labour Force Survey) pour les pays européens
  • CPS 2015 (The Current Population Survey) pour les États-Unis
  • Census 2011 (The Census) pour le Canada

Sources

  1. Étude de l’IFOP et de CAM4, « Les françaises et l’orgasme », 18 décembre 2015 — [archive études 2015] — [Présentation des résultats]] — [archive annexe 2015]]