Le sexe sans péné­tra­tion est un rap­port qui exclut la péné­tra­tion vagi­nale, anale ou orale. Il com­prend divers­es activ­ités sex­uelles comme les caress­es, la mas­tur­ba­tion mutuelle, les bais­ers ou les câlins. La pra­tique de l’ out­er­course n’exclut pas totale­ment les péné­tra­tions, par exem­ple les doigts ou les sex-toys.

outercourse : frotti frotta contre son pénis
Un cou­ple pra­ti­quant l’outercourse : une méth­ode qui per­met de con­serv­er une intim­ité physique sans péné­tra­tion

Pour cer­tains, l’ « out­er­course » n’est qu’une forme de prélim­i­naire lors d’un rap­port « clas­sique ». À con­trario, pour les cou­ples adeptes du « sécuri­sexe » ou ceux refu­sant la péné­tra­tion, l’ out­er­course est une véri­ta­ble alter­na­tive.

Cela con­siste pour l’homme à pren­dre du plaisir en fric­tion­nant son sexe con­tre une par­tie du corps de sa parte­naire. Évidem­ment, on pense aux fess­es, à la vul­ve ou aux seins. Mais cer­tains préféreront les ais­selles (axil­isme), les pieds, entre les cuiss­es, le creux du coude, sous le men­ton …

L’ out­er­course est une méth­ode qui per­met aux deux parte­naires de partager l’intimité physique et sex­uelle. Elle peut égale­ment être une source de plaisir mutuelle : en effet, dans le cas où la verge caresse la vul­ve, madame peut même par­venir à l’orgasme grâce à la stim­u­la­tion de son cli­toris.

L’ outercourse, une masturbation mutuelle

Outercourse est une masturbation mutuelle pratiqué dans le safesexL’une des posi­tion les plus courantes pour réalis­er un out­er­course est l’Andromaque. La femme monte sur son parte­naire qui est allongé sur le dos. Cette posi­tion lui donne l’entier con­trôle des mou­ve­ments – et de son pénis. Ain­si, elle pour­ra se mas­turber (et le mas­turber) con­tre le pénis de son parte­naire qui se retrou­ve coincé entre eux. La femme peut, si elle le souhaite stim­uler le pénis avec sa main ou sim­ple­ment le main­tenir con­tre elle.

L’ outercourse et la chasteté masculine

Pour les cou­ples pra­ti­quant la chasteté mas­cu­line, l’ out­er­course se prête facile­ment et effi­cace­ment aux séances de Tease & Denial. En effet, la stim­u­la­tion de son pénis n’implique pas néces­saire­ment un orgasme pour le parte­naire. De plus, cette séance sera ampli­fiée par le rap­pel implicite qu’il n’est pas ou plus autorisé à vous pénétr­er.

Selon la posi­tion choisie et avec un peu de pra­tique, il sera aisé pour la parte­naire de déter­min­er le moment où elle doit inter­rompre les stim­u­la­tions ou l’instant oppor­tun pour lui offrir un mag­nifique orgasme ruiné .

1,060 vues