Le pierc­ing Prince Albert (PA) est prob­a­ble­ment le plus pop­u­laire des pierc­ings géni­taux mas­culins. Il cica­trise rapi­de­ment avec rel­a­tive­ment peu de com­pli­ca­tions. Le pierc­ing est réal­isé sur une assez courte dis­tance et est donc plus impres­sion­nant que douloureux pour une grande majorité des candidats. 

L’histoire dit que ce pierc­ing tir­erait son nom du mari de la reine Vic­to­ria, appelé Albert de Saxe-Cobourg-Gotha de son nom com­plet. En effet, au XIXe siè­cle la mode était au pan­talon moulant et il paraitrait que ce cher Albert en por­tait un pour pou­voir aplatir son pénis par étire­ment vers l’intérieur des cuiss­es et ain­si le cacher pour qu’on ne le voie pas sous le pan­talon. Pour cela, il util­i­sait une ficelle, qui était d’un côté attaché à son pierc­ing et de l’autre côté à l’intérieur du pan­talon, der­rière l’une des cuiss­es ; infor­ma­tion non vérifiée. 

Prince Albert : emplacement & acte

Homme non circoncis portant un piercing Prince Albert
Pierc­ing Prince Albert de 3 Gauges (5,8 mm)

Le pierc­ing est réal­isé en perçant le gland à sa base avec une aigu­ille que l’on fait ressor­tir par l’urètre. Il peut être fait à gauche ou à droite du frein. Afin de guider l’aiguille, le perceur peut utilis­er un tube receveur ; cepen­dant cer­tains préfèrent procéder à main levée. 

Une fois per­cé, on y insère un anneau dans le trou for­mé à la base du gland. Afin d’éviter le phénomène de cisaille­ment on y place un anneau épais, au min­i­mum 10 Gauge, soit 2,59 mm d’épaisseur. Cepen­dant cer­tains perceurs posent des anneaux de 8 Gauges (3,2 mm) ou de 6 Gauges (4 mm). Évidem­ment, l’aiguille et donc le trou réal­isé seront adap­tés à l’épaisseur de l’anneau.

Le pierc­ing Prince Albert cica­trise rapi­de­ment avec rel­a­tive­ment peu de com­pli­ca­tions. Il faut compter entre 6 à 12 semaines pour une cica­tri­sa­tion complète. 

Variante : le Prince Albert inversé

Piercing Reverse PA (Prince Albert inversé) avec anneau BCR sur un homme circoncis
Pierc­ing Prince Albert inver­sé (reverse PA) sur un homme circoncis

Cette vari­ante est très récente (année 70 — 80), elle n’a pas d’origine par­ti­c­ulière con­nue et reste beau­coup plus rare. L’acte, les bijoux portés, les soins sont sim­i­laires au Prince Albert ; cepen­dant la durée de cica­tri­sa­tion est plus longue, car une plus grande longueur de chair est per­cée. Quant à la cica­tri­sa­tion com­plète, il faut compter entre 3 à 9 mois. 

Emplacement & acte

Si, comme pour le Prince Albert « clas­sique » il com­mence au méat, il ressort cette fois sur le dessus du gland. Du fait de son emplace­ment par­ti­c­uli­er, il est préférable de procéder à l’acte de pierc­ing à main levée. 

Bijoux pour Prince Albert & PA inversé

Piercing Prince Albert PA Fer à Cheval Circoncis
Après cica­tri­sa­tion du Prince Albert, l’é­pais­seur min­i­mum à plac­er est de 3.2mm afin d’éviter les déchire­ments et il n’est pas rare, après élar­gisse­ments suc­ces­sifs, de plac­er des bijoux de 6mm, 8mm ou plus. On peut plac­er un anneau (BCR), un bar­bell court ou comme ici un fer à cheval.

Durant la cica­tri­sa­tion, le bijou priv­ilégié pour le Prince Albert est un anneau, car il per­met de faciliter les soins. 

Env­i­ron un mois après la pose il est envis­age­able de pass­er à une taille de pierc­ing supérieur. Ensuite, il n’est pas rare, après élar­gisse­ments suc­ces­sifs, de plac­er des bijoux de 6 mm, 8 mm ou plus. On peut plac­er un anneau (à boule ou seg­ment), un fer à cheval ou un bar­bell courbe court. Bien enten­du, on évite les pointes et autres bijoux avec aspérités. 

Cicatrisation des piercings

Les pierc­ings géni­taux mas­culins tra­ver­sant l’urètre cica­trisent très bien grâce à l’urine, cepen­dant il ne faut pas nég­liger les soins par­ti­c­uliers que ce type de pierc­ing impose. Ces soins con­sis­tent pen­dant la phase de cica­tri­sa­tion à net­toy­er le pierc­ing à l’eau tiède, puis avec un savon antibactérien. 

Pen­dant la cica­tri­sa­tion, il n’est pas rare qu’un incon­fort se fasse sen­tir à l’emplacement où le prépuce frotte con­tre le bijou ; cette sen­sa­tion passe rapi­de­ment. Bien que l’urine sorte stérile du corps humain, elle n’en reste pas moins très salée et peut provo­quer une sen­sa­tion désagréable ; nous recom­man­dons de rin­cer à l’eau et séch­er après mic­tion. Les rap­ports sex­uels sont à pro­scrire durant la pre­mière phase de cica­tri­sa­tion ; même une mas­tur­ba­tion peut devenir très douloureuse. Durant le reste de la cica­tri­sa­tion, il est impor­tant d’utiliser des préser­vat­ifs, même s’il s’agit de sa/son parte­naire habituel.