À pri­ori, voilà une idée qui peut paraitre incon­grue : chercher à simuler sur son pro­pre pénis une cir­con­ci­sion.

Vous aimeriez con­naitre les sen­sa­tions d’une cir­con­ci­sion, que vous soyez sim­ple­ment curieux ou que vous envis­agiez de vous faire cir­con­cire ? Alors, la sim­u­la­tion décrite ici va vous per­me­t­tre d’expérimenter ce qui peut être le plus proche d’une vrai cir­con­ci­sion. Cette tech­nique n’implique, bien sûr, aucune mod­i­fi­ca­tions cor­porelles irréversibles et peut être testée sur quelques semaine, voir plus, si vous le souhaitez.

Premièrement, votre situation de départ

Évidem­ment, cette sim­u­la­tion de cir­con­ci­sion ne peut-être ten­tée que par les hommes dont  le prépuce est intact. Si jamais votre pénis ressem­ble à ça, car vous êtes cir­concit !

Pénis circoncis. Différents types de circoncisions, haute et lâche, haute et serrée, basse et lâche, basse et serrée
Dif­férents types de cir­con­ci­sions, de gauche à droite : « haute et lâche », « haute et ser­rée », « basse et lâche » et « basse et ser­rée »

Para­doxale­ment, pour pou­voir ressen­tir les effets de cette « cir­con­ci­sion » il ne faut pas en avoir subie une vraie aupar­a­vant. Car les expéri­ences incroy­ables à vivre dans cette expéri­ence sont dans la tran­si­tion entre l’état naturel et l’état cir­con­cis.

De plus, c’est la com­para­i­son des deux types très dif­férents de sex­u­al­ité qui est intéres­sant dans cette expéri­men­ta­tion. Chose qui est impos­si­ble pour quelqu’un qui aurait été cir­con­cis en bas âge.

Pourquoi simuler

Vous êtes intact, et vous brûlez irré­press­ible­ment de pou­voir ressen­tir de si furieuses sen­sa­tions ? Vous trou­verez ici le mode d’emploi qu’il vous faut. En suiv­ant les étapes décrites ci-dessous, vous vous retrou­vez en quelques min­utes avec un pénis aus­si rad­i­cale­ment trans­for­mé que par une réelle cir­con­ci­sion. Pour­tant, con­traire­ment à une vraie cir­con­ci­sion rien n’est amputé. Ain­si, vous pour­rez met­tre fin à l’expérience quand vous voulez et retrou­ver un état ini­tial.

Durant la sim­u­la­tion votre pénis se retrou­vera comme cir­con­cis, donc le gland exposé en per­ma­nence, même sans érec­tion. En fonc­tion de votre sen­si­bil­ité, le pre­mier jour ce sera sure­ment l’enfer dans votre slip. Pour cer­tains, les frot­te­ments du gland nu sur les sous-vête­ments seront dif­fi­cile à sup­port­er, mais cela se calmera rapi­de­ment.

Ensuite, une fois habitué, vous aurez cer­taine­ment envie d’explorer les plaisirs sex­uels tout en étant « cir­con­cis ». Certes, vos pre­mières mas­tur­ba­tions seront cer­taine­ment déroutantes. En effet, la peau de la hampe étant ten­due, il ne vous sera pas pos­si­ble de vous mas­turber comme vous en avez l’habitude. Ain­si, vous en vien­drez aux méth­odes de stim­u­la­tion directe du gland ou vous utilis­erez du lubri­fi­ant.

Bien enten­du, votre « cir­con­ci­sion » ne vous empêche pas d’avoir des rela­tions sex­uelles avec votre parte­naire. Je vous recom­mande juste de met­tre un préser­vatif.

Lorsque vous estimerez que vous avez suff­isam­ment explor­er ces nou­velles sen­sa­tions, il  vous suf­fi­ra de retir­er le sim­u­la­teur. Toute­fois, il y aura un con­tre­coup inévitable sur votre pénis. Votre prépuce forte­ment dilaté à son ouver­ture met­tra du temps pour retrou­ver finale­ment sa place. Ce n’est pas une expéri­ence si anodine mal­gré tout, elle lais­sera un reten­tisse­ment prob­a­ble dans votre sex­u­al­ité. Et, peut être qu’elle vous ravi­ra au point d’envisager une vrai cir­con­ci­sion ?

Préparation

La pré­pa­ra­tion du sim­u­la­teur de cir­con­ci­sion ne vous deman­dera que quelques min­utes. Découpez deux ban­des d’une longueur supérieur à la cir­con­férence de votre pénis. Prévoyez large, vous les redé­cou­vrez à la pose. Il peut être utile lors des pre­mières fois d’en pré­par­er une ou deux d’avances.

Une fois le matériel prêt, lavez votre pénis à fond au savon, avec le prépuce main­tenu retourné. Rincez et séchez con­scien­cieuse­ment de partout.

Pose du simulateur

Avant de com­mencer, votre pénis doit être au repos, à la cool, « déten­du du gland ». Procédez lorsqu’il est encore flasque mais long comme à la sor­tie d’un bain chaud.

Le pénis en semi-érection, le prépuce recouvrant le gland posez la première bande du simulateur de circoncisionD’abord, vous devez enroulez une couche unique de bande autour du corps du pénis, comme illus­tr­er ci-con­tre. Veillez à lais­sé un espace suff­isant entre la bande et le gland.
Elle ne doit pas être trop ser­rée et doit restée con­fort­able autant en érec­tion qu’au repos.


 

Ramener le prépuce sur la bandeVous devez retrouss­er la face externe du prépuce sur la bande. Le gland sera alors par­tielle­ment décou­vert.

Pour les hommes ayant un court prépuce — il ne cou­vre pas inté­grale­ment le gland lorsque le pénis est au repos — utilisez des ban­des moins larges.


 

Reculer la peau le plus loin possible, le gland doit être complètement découvert comme lors d'une vrai circoncisionMain­tenant, vous devez reculer votre prépuce le plus loin pos­si­ble, la bande doit être com­plète­ment recou­verte. Votre gland doit être entière­ment décalot­té.
Puis ten­dez le tout en arrière, vers la base du pénis, jusqu’à ce que la peau soit lisse. Le prépuce doit dépass­er de la pre­mière bande. Atten­tion, arrêtez-vous lorsque votre gland com­mence à ce recourber vers le bas par la trac­tion du frein. Prenez garde à votre frein : celui-ci ne doit pas blanchir !


 

Simulation de circoncision, collez la seconde bandeVotre prépuce est totale­ment retourné, la face interne à l’air.
Tous en gar­dant le prépuce étiré le plus loin pos­si­ble, collez la deux­ième bande. Celle-ci doit cou­vrir la zone de jonc­tion entre le corps du pénis et le prépuce. Comme pour la pre­mière, n’enroulez pas la bande trop ser­rée.


 

Poussez la première bande c'est le moment où s’opère la circoncisionEnsuite, poussez la pre­mière bande avec vos doigts en les posi­tion­nants comme indiqués par les flèch­es. Cette pres­sion va forcer la pre­mière bande à se retourn­er, et elle passera soudaine­ment sous la deux­ième.
Dans un pre­mier temps, il est prob­a­ble qu’elle résiste. Puis, vous sen­tirez comme une « ouver­ture » dans votre pénis. On pour­rait sym­bol­ique­ment con­sid­ér­er que c’est le moment où s’opère la cir­con­ci­sion.


Profitez de votre nouveau pénis circoncisSi vous avez réus­si votre pénis devrait ressem­bler à la fig­ure ci-con­tre.
Main­tenant, il est temps de prof­iter de votre « nou­veau » pénis.
Vous pou­vez porter le sim­u­la­teur aus­si longtemps que vous le souhaiter, changez juste les ban­des tous les trois jours.

Simulation de circoncision

855 vues

8 Commentaires

  1. Moi, j’utilise une autre tech­nique pour avoir le gland à nu.
    Il faut dire que mon frein est coupé à moitié.
    J’utilise un anneau que je posi­tionne der­rière le gland, et le prépuce ne peut plus le recou­vrir.
    Atten­tion au choix de l’anneau : assez serre pour qu’il tienne, mais pas trop pour ne pas blo­quer ni l’urine ni le sang.
    Très agréable cette sen­sa­tion de frot­te­ment…
    Xavier

  2. En tant que trans­genre sous hor­monothérapie n’ayant plus d’érection, je mime d’être cir­con­cise unique­ment pour l’esthétique, trou­vant mon petit pénis plus mignon avec son gland rose au grand air. Cela plait aus­si davan­tage à mes parte­naires sex­uels tout en étant aus­si plus agréable pour eux lors d’une fel­la­tion.
    Ma méth­ode est sim­ple et effi­cace. Per­son­ne n’a jamais douté que je n’étais bel et bien cir­con­cise. Je « décalotte » sim­ple­ment mon gland dans le sens inverse de la nor­male. J’utilise une petite palette pour repli­er la muqueuse du prépuce de l’extérieur vers l’intérieur. C’est rapi­de, indo­lore et ça tient pen­dant plusieurs jours. Il me faut d’ailleurs utilis­er un fort lubri­fi­ant pour remet­tre le prépuce en place.
    Il est vrai que j’ignore ce que provo­querait une érec­tion avec ma méth­ode puis que je n’en ai plus depuis des années…

    • Bon­jour, il faut utilis­er une bande adhé­sive élas­tique, qui per­met de réalis­er des ban­dage de sou­tien, par exem­ple elasto­plast ou Ten­so­plast. Vous pou­vez trou­ver facile­ment ce pro­duit en grande sur­face. Prenez la bande en petite largeur max­i­mum 3 cm. Si vous avez un doute allez en phar­ma­cie et deman­dez-leur une bande adhé­sive élas­tique pour réalis­er un ban­dage du pouce.

  3. J’ai une autre méth­ode qui utilise une bague en plas­tique découpée dans un tube de médica­ments, elle doit être du diamètre du gland et longue de 2 cm env­i­ron.
    Tir­er sur le prépuce pour recou­vrir le gland, insér­er la bague 1 cm apres la couronne du gland, et cou­vrir cette bague avec le prépuce en le tirant en arrière puis pouss­er la bague sous la peau jusqu’à ce que la bague butte con­tre le gland.
    On peut rester ain­si indéfin­i­ment.
    Voir la vidéo sur : xtube.com

  4. moi j’u­tilise de la super glu et ça marche plutôt bien mis a part que l’on aperçoit un peu de colle blanche et si la peau est bien sèche lorsque tu te met la super glu ça colle très fort ‚la dernière fois que j’ai fais ça j’ai cru que j’al­lais me déchir­er la peau de la bite pour revenir a la nor­mal

  5. Bon­jour,
    Très sur­pris par cet arti­cle et cette tech­nique, j’ai craqué ça y est je suis cir­con­cis. Je viens de met­tre le dis­posi­tif, j’avoue plutôt facile­ment, hormis quelques poils réti­cents qui se son voles à la bande rien de spé­ciale.
    Je me suis glis­sé dans un caleçon pour partager mon expéri­ence. Je recens efface­ment en per­ma­nence, qui n’est pas très agréable mais accept­able.
    Passé quelques min­utes plus tard, alors que j’é­tais assis j’ai ressen­ti une sen­sa­tion bizarre, comme une source de chaleur qui coulais lente­ment sur mon gland. Après con­trôle mon prépuce à coulé, recou­vrant à moiti­er mon prépuce. Effec­tive­ment l’in­stal­la­tion était trop facile, je ne suis pas doué !

  6. C’est par­ti pour une deux­ième ten­ta­tive. Tu d’abord retrait des ban­des, bien que rasé, l’épi­la­tion de derniers petits poils est une aven­ture.
    Je remets la pre­mière bande plus prêt du gland. La petite sur­face de mon penis fait que la mise de la deux­ième bande n’est pas sim­ple. Une fois l’opéra­tion ter­minée, et le cas­son remis je repars à mes occu­pa­tion.
    Bilan après 3 heures :
    — 1/ cette fois ça tient très bien,
    — 2/ le forte­ment con­tre le tis­su est plus sen­si­ble, impos­si­ble d’ou­bli­er,
    — 3/ la tech­nique est effi­cace il ne gêne pas l’érec­tion.