Notre histoire : augmentation de l’intensité

Partie 1

Salut à tous,

Je suis Marc (31 ans) et Anne (28 ans) est ma femme. Elle est aussi ma Maîtresse, mon seul véritable amour, que j’adore, aime et adule. Elle est mon autre moitié. Nous nous sommes rencontrés il y a 5 ans et sommes tombés follement amoureux. Environ 10 mois plus tard, j’ai confié à Anne, ma fiancée à cette époque, mon intérêt et mon désir pour les relations dirigées par une femme (FLR). Elle en a été quelque peu surprise, mais cela ne l’a pas déstabilisée, puisqu’elle est une personne libérale et très ouverte d’esprit.

Les jours suivants, nous n’avons pas reparlé de cette conversation, et j’ai pensé que je j’avais peut-être fait une erreur en lui relevant mes aveux. Heureusement, ce n’était pas le cas. Quelques jours plus tard, mon amour m’a dit qu’elle y avait réfléchi et qu’elle aimerait essayer de jouer au jeu. Et c’est ainsi que nous avons commencé à changer notre relation, encore très vanille.

Une femme met son homme dans une cage de chasteté masculine
La première fois qu’elle le met en cage… Un moment qui change tout

À suivre… Marc

Partie 2

Après notre dîner, nous sommes rentrés à pied. Ce n’était pas très loin de notre appartement et la soirée était tout simplement magique. Avec une température printanière et un ciel dégagé, la balade était très agréable. Nous avons discuté avec désinvolture, mais mon mari était plutôt timide avec certains mots, sans doute en train de réfléchir à ce que signifier « augmentation de l’intensité ».

Il n’a rien demandé directement, alors j’ai gardé mes idées pour moi jusqu’à ce que nous arrivions à notre appartement. Une fois là-bas, je lui ai demandé de se déshabiller et je lui ai juste dit « chaise ». Entre autres choses, j’ai appris à aimer les nœuds, mais j’aime tout simplement quand il est attaché. Au lit, sur le sol, assis sur une chaise, peu importe… Une fois qu’il était prêt, j’ai attaché fermement ses bras et ses jambes à la chaise.

Habituellement, cela signifiait beaucoup de taquineries et de bordures et cette fois-ci, ce n’était pas différent. Il était assis là, nu et attaché à la chaise, pendant que je me préparais. J’ai pris une douche, mis de la lingerie rouge et des sandales noires à talons hauts.
Lorsque je suis revenue au salon, une fois que la vue de moi a attiré son attention, en un instant, il est devenu très excité. Simplement, dans une telle situation, ma présence est suffisante pour l’exciter, bien sûr, en plus de savoir ce qui aller arriver.

Il s’était excité tout seul, parce qu’il n’avait pas eu d’orgasme pendant quelques jours, ce qui ne faisait qu’augmenter son désir d’avoir un contact avec moi. Alors je me suis approchée de lui, j’ai levé ma jambe droite, je l’ai placée entre ses cuisses et j’ai commencé à caresser sa bite et ses couilles avec mes talons.

Il n’a pas eu besoin de grand-chose pour se mettre à gémir, alors que sa bite grossissait et devenait plus dure. Au bout d’un moment, je me suis accroupie devant lui et j’ai pris ses couilles et sa bite dans mes mains.

J’ai appliqué un peu d’huile pour bébé sur mes mains et j’ai joué avec ses organes génitaux. Je taquinais ses grosses couilles pleines d’une main, tout en lui caressant la bite de l’autre. Son cœur battait plus vite, je pouvais presque l’entendre moi-même. Il glissait lentement, mais sûrement, dans son sous-espace.

Puis, j’ai commencé à lui parler…

À suivre…. Anne

Partie 3

« Tu es si faible quand je suis comme ça. J’aime ça. Tes fantasmes te font dire oui à tout ce que tu veux. Tu seras mon serviteur, mon esclave, mon majordome, jusqu’au bout. Je t’aime pour de nombreuses raisons, y compris pour ce que tu es en tant que soumis. Aimerais-tu jouir ? Non, pas encore. Celles-ci m’appartiennent maintenant (en se référant à sa queue et à ses couilles), tout comme le reste de toi-même m’appartient. Tu es mon lèche-minou, mon lécheur de cul personnel, mon esclave qui masse mes pieds… »

Et j’ai continué comme ça pendant une quarantaine de minutes, en lui disant des choses sales, en lui disant tout ce que je savais qu’il voulait entendre, des choses qui l’excitent comme l’enfer, et quand il est excité comme ça, je peux obtenir ce que je veux de lui. Après ces 40 minutes, il était complètement plongé dans son sous-espace, étant comme un morceau d’argile que je pouvais mouler comme je voulais. Et intentionnellement, pour la première fois, je lui ai donné un orgasme ruiné, puis un second et ensuite un troisième… Eh bien, à moitié ruiné peut-être, depuis lors, je n’étais pas experte pour donner des orgasmes ruinés. Plus tard, tout cela a bien sûr changé.

Une fois que j’avais complètement drainé ses couilles, j’ai pris un mouchoir pour essuyer les dégâts qu’il avait causés. Enfin, il était prêt pour sa surprise spéciale. Jusqu’à aujourd’hui, je ne suis pas vraiment sûre qu’il savait ce qui allait arriver… Je lui ai bandé les yeux et j’ai quitté la pièce, je suis allée dans la chambre pendant un moment. Je me suis reposée sur notre lit et je l’ai laissé attendre, sachant que chaque fois que je le laissais comme ça, son esprit se mettait à gambader sur tout ce à quoi il pouvait s’attendre. Au bout d’une quinzaine de minutes, je suis revenue. Il était là où je l’ai laissé, tremblant d’impatience…

À suivre…. Anne

Partie 4

Avant de poursuivre, je dois dire en quoi cette soirée particulière a marqué un tournant dans notre relation alternative, notre relation FLR. Pour nous deux, mais je pense encore plus pour moi. Je pense que c’était la première fois que je ressentais vraiment la ruée vers le pouvoir. Bref, je me suis accroupie entre ses jambes ligotées avec un jouet que j’avais acheté sans qu’il le sache. Et oui, c’était une cage de chasteté CB-6000.

Je ne sais pas s’il savait ce qui allait se passer à ce moment-là, mais s’il le savait, il a joué son rôle pour décrocher un Oscar…

J’avais de l’huile pour bébé avec moi, pour m’aider à installer l’appareil plus facilement. C’était ma première expérience avec une cage de chasteté masculine, donc je n’étais pas très habile.

À un moment donné, il m’a demandé ce que je faisais. Je ne lui ai pas répondu, au lieu de cela je lui ai dit d’ouvrir la bouche, et une fois fait, j’ai doucement glissé ma petite culotte dans sa bouche, avec un petit « chuuut ».

Alors que je commençais à installer le dispositif, il a émis des gémissements à travers son bâillon. Je savais que je devais être rapide avec ça, sinon il aurait juste une autre érection et rendrait mon intention de le verrouiller beaucoup plus difficile. Finalement, ce n’était pas si difficile et j’ai verrouillé sa bite en toute sécurité en moins de deux minutes.

Il commençait à rebander, mais j’ai réussi à calmer ses ardeurs avec quelques claques sur ses couilles. Bien que j’avais prévu de le garder verrouillé pendant 24 heures, à ce moment-là, je savais que je le possédais complètement. Peut-être vous demanderiez-vous pourquoi toute cette mise en scène, c’était notre cérémonie en quelque sorte.

Keyholder qui porte la clé de sa cage à la cheville, signe des hotwife
Remarquer qu’elle porte la clé de sa cage de chasteté, un signe distinctif des Hotwife : son homme est en cage et leur couple est ouvert à ce qu’elle ait des relations sexuelles avec d’autres hommes.

Eh bien, je ne suis que ce genre de femme, j’aime jouer beaucoup. Je ne suis pas une femme qui aime les petits coups vite fait. Mais aussi parce que je n’étais pas sûr qu’il le ferait vraiment, à part le fait que je savais que c’était aussi son fantasme.
Même si la chasteté n’était pas mon truc, avoir un homme ligoté, nu et les yeux bandés et verrouiller sa bite dans une cage de chasteté… et bien, soyons honnêtes, c’est chaud comme l’enfer ;)

À suivre…. Anne

Publié par

Back to Top